REFLEXION

LIBERTE DE LA PRESSE : La mise au point de l’ANP

L’institut de l’armée nationale populaire a enfin annoncé son point de vue quant à la liberté de la presse en Algérie, ainsi que le rôle des medias dans le développement du pays tout en conseillant les acteurs de la scène médiatique à développer une information objective et sincère, reposant sur l’information véridique. Ce qui a été rapporté sur les colonnes de la revue mensuelle de l’ANP, “El Djeich » à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la presse, le 22 octobre.



Selon l’agence presse services (APS), qui a rapporté  l’information, la revue mensuelle de l’Armée nationale populaire (ANP), “El Djeich”, a consacré l’éditorial du numéro de novembre à la célébration de la Journée nationale de la presse (22 octobre) dans lequel l’importance de promouvoir une information “objective” et “sincère” par les acteurs de la scène médiatique, a été soulignée. “L’ensemble des partenaires sur la scène médiatique sont appelés à promouvoir et à développer une information objective et sincère, reposant sur l’information véridique, précise, vérifiée, laissant le domaine du commentaire, de l’analyse, libre et ouvert au débat”, est-il écrit dans l’éditorial de la revue qui fête son cinquantième anniversaire. Il est précisé que “l’information crédible est celle qui évite les jugements définitifs sur la base de convictions propres ou de visions et de positions personnelles” et qu’il incombe à l’information, quatrième pouvoir, de “ne pas s’ingérer dans les prérogatives (des autres pouvoirs) et de les remplacer (…) bien au contraire, il doit les aider, coopérer et coordonner avec eux”. La coopération entre l’information et les autres pouvoirs s’inscrit, selon El Djeich, dans l’optique de “concrétiser les programmes, stratégies et politiques engagés dans différents secteurs et contribuer ainsi à la consolidation et à la préservation de l’intérêt suprême du pays”. Cette approche concerne “essentiellement” l’ensemble de la presse nationale, sous toutes ses formes, qu’elle soit publique ou privée, car “il est de son devoir d’accorder de l’importance aux questions d’intérêt national et de traiter les événements de manière positive sans verser dans l’agitation et la surenchère”, ajoute la revue qui estime que le système médiatique national fait “partie intégrante” de l’Etat. L’édito a souligné que la révolution numérique a “rendu disponible une quantité importante d’informations qui, à leur tour, peuvent contribuer à la constitution d’un patrimoine conséquent de connaissances pour peu que ces informations soient exploitées de manière rationnelle et scientifique et conformément aux exigences de l’époque”.

Riad
Mardi 26 Novembre 2013 - 17:19
Lu 107 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+