REFLEXION

LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Objet : Le cri de détresse d’un investisseur



LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
MME BENGUELLA FATMA -6 RUE BOUICHE HAMOU MOSTAGANEM
LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
M. le procureur général prés la cour de Mostaganem

Objet : Le cri de détresse d’un investisseur

J’ai l’honneur de venir respectueusement, vous demander de bien vouloir intervenir, afin d’inciter les autorités compétentes à prendre leurs responsabilités pour mettre fin aux provocations du voisinage qui n’a de cesse à perdurer depuis que j’ai acheté un terrain pour un projet de station service et d’élevage de poulets.Depuis que j’ai acquis le terrain en question, je subi le dictat du voisinage, qui veut par tous les moyens m’expulser en procédant à des actes de sabotage en poussant jusqu’à l’extrême, à savoir que dés que j’ai le dos tourné, ces derniers envahissent le terrain et commettent l’irréparable, enlevant la clôture qui le délimite et dernièrement ils ont incendié la baraque qui abrite le gardien détruisant en même temps  la bâche d’eau, ajouté à ces actes d’incivisme les piquets qui servaient à la clôture ont touts été volés. En plus de ces actes irresponsables, j’ai été à maintes fois menacé par ces voisins, d’où les plaintes déposées à leur encontre auprès de la gendarmerie nationale et le procureur de la République prés le tribunal d’Ain Tedles. Je tiens à vous signaler, que malgré toutes les plaintes en date du 22 et 25 avril 2012 rien n’a été fait pour mettre fin au calvaire que je suis entrain de subir et ce jusqu’à l’heure actuelle. Il semble, que les plaintes déposées n’on eut aucun effet ni aucune suite, c’est la raison pour laquelle que je m’adresse à votre haute autorité pour intervenir, alors que cette affaire aurait du être prise en charge par les autorités locales de la Daïra d’Ain Tedles. Veuillez croire M. le président de la République à l’expression de mon profond respect.
                                                                                               Signée :M. Benguella Fatma
 

Réflexion
Mardi 15 Mai 2012 - 12:01
Lu 4937 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par yoga le 24/05/2012 00:04
un projet de station d'essence et d'élevage de poulets ne doit voir le jour qu'avec le consentement des riverains qui ont le droit de s'opposer si leur quiétude est menacée! Personne n'a le droit de troubler la tranquillité des gents ! Ce type d'activité doit de dérouler loin des zones habitables ! Vous serez à l'aise ainsi pour compter vos sous ! Mme BENGUELLA vous êtes dans une zone de non droit pour pratiquer une telle activité nuisible à l'environnement des citadins ! Vous êtes mal placée pour divulguer votre cas au président de la république ! Vous avez le droit d'investir votre argent dans des espaces réservés à ce genre d'activité, en toute légalité !

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+