REFLEXION

LES VICTIMES ETAIENT EN MISSION EN PALESTINE : Un escroc condamné à 2 ans de prison pour violation de domicile



Un homme âgé de 50 ans a comparu, avant-hier, devant la Cour d’Appel  d’Oran, pour son implication dans une affaire de violation de domicile en utilisant de faux documents, et dont les victimes ne sont autres que deux spécialistes en chirurgie qui exercent au niveau de l’hôpital universitaire d'Oran, où l’accusé a réussi à s’accaparer de leurs logements situés à la cité ‘’El Yasmine’’, en collusion avec d’autres parties qui ont profité de l’absence des deux victimes qui se sont rendues en Palestine pour une mission de solidarité pour sauver les enfants Palestiniens. L’accusé avait été condamné par le tribunal de première instance à deux ans de prison ferme, sur des accusations de violation de domicile, faux et usage de faux documents officiels, une sentence qui a été approuvée par le juge de la chambre pénale. Les faits de cette affaire remontent à 2014, lorsque deux personnes se sont présentées au siège de la gendarmerie nationale au quartier de l’USTO, pour déposer une plainte officielle précisant que leurs domiciles ont été ciblés par des actes de pillage, perpétrés par un individu qui avait saisi l'occasion de leur départ pour une mission de travail, et de solidarité en territoire de la Palestine, avant que l’accusé ne se permette de falsifier une décision de donation en sa faveur, et un faux contrat de concession des deux logements des victimes, avec l’aide de parties ayant des connaissances et un savoir-faire dans ce genre d’affaires, telles que la conclusion de ce genre de contrats. Au reçu de la plainte, les éléments de la brigade de recherche et d’intervention auprès de la Sûreté de wilaya d’Oran, ont entrepris une enquête approfondie qui a conduit à l’identification du suspect, et à son arrestation. Après son audition, il est apparu que l'accusé a réussi à imiter les cachets des deux victimes, ce qui lui a donné ensuite le plein pouvoir à se charger des logements à travers le trafic des factures de gaz, d'électricité et de téléphone. À la fin de leur mission, après leur retour, les deux victimes ont été grandement surprises de constater qu’une personne étrangère s’est accaparée de leurs logements. Mais une fois que les deux victimes ont tenté de comprendre ce qui s’est réellement passé, l’accusé leur a  exhibé un acte de propriété des deux résidences, provoquant ainsi une altercation verbale qui s’est achevée par un dépôt de plainte auprès des services de sécurité qui ont renvoyé l'affaire à la justice. Par ailleurs, les procédures d'expertise scientifique établies par le laboratoire régional de la police scientifique qui ont été faites sur les documents en possession de l'accusé, qui avait déclaré qu’ils sont authentiques, se sont avérés en fin de compte de faux documents scannés à partir du contrat officiel des victimes que l’accusé a réussi à obtenir par sa propre méthode du fait qu’il est un grand connaisseur en matière de documents administratifs, par son statut d’ancien employé de l'une des institutions de l'État.                 

G. A
Lundi 22 Février 2016 - 17:31
Lu 282 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+