REFLEXION

LES TERRORISTES AU MALI ONT LA « CAPACITE DE DESTRUCTION D'UNE ARMEE » : La France au pied du mur d’AQMI



LES TERRORISTES AU MALI ONT LA « CAPACITE DE DESTRUCTION D'UNE ARMEE »  : La France au pied du mur d’AQMI
Attention, les fleurs ne sont pas éternelles et ne doivent pas faire oublier la réalité qui s’annonce très préoccupante. La France n’avait pas pensé que les armes françaises livrées aux rebelles libyens en 2011 allaient se retourner contre elle, comme c’est le cas actuellement au Mali. Ce qui devait être une intervention ponctuelle comme annoncé par Hollande  risque bien de s’éterniser. Les 2500 soldats français n’ont pas suffi à repousser l’action bien déterminée et bien armée des terroristes.Les combats de vendredi dans le nord du Mali ont tué 23 soldats tchadiens et 93 islamistes armés, a annoncé dimanche l'état-major tchadien selon un bilan revu à la hausse. Selon le commandant de la zone malienne de Gao, les islamistes ont la «capacité de destruction» d'une vraie armée. Après ratissage, 93 djihadistes ont été tués, et six véhicules détruits. L'armée tchadienne a enregistré la mort de 23 soldats et trois blessés», indique l'état-major dans un communiqué, dans un bilan définitif de ces combats qui ont eu lieu dans le massif des Ifoghas au nord du Mali.Le colonel des forces maliennes Laurent Mariko, commandant de la zone de Gao, a par ailleurs affirmé dimanche que les groupes islamistes du nord du pays ont la «capacité de destruction» d'une véritable armée. Il présentait à la presse des armements notamment lourds saisis dans la région depuis le 26 janvier. «En face, ça nous donne une idée d'une armée, en fait, des organisations qui ont les capacités d'une armée, la capacité de destruction d'une armée», a-t-il déclaré. Selon lui, ces stocks (fusils d'assaut, mitrailleuses, lance-roquettes, obus, explosifs...) saisis par les forces françaises et maliennes étaient «des stocks de l'armée malienne mais aussi de la gendarmerie sénégalaise ou d'autres pays limitrophes». Parmi les armements exposés, des fusils d'assaut dont des M-16 américains, des fusils à pompe, des fusils de tireur d'élite de fabrication tchèque, un panier de roquettes de fabrication russe, des lance-roquettes multiples, des obus de 155 mm. Des explosifs avec leur détonateur et de la grenaille, des uniformes de différents corps de l'armée malienne et des autocollants avec des drapeaux des Emirats arabes unis étaient également visibles.Gao, plus grande ville du nord du Mali à 1200 km de Bamako, a été occupée pendant neuf mois en 2012 par des groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda. Elle a été reprise par les armées française et malienne le 26 janvier.Depuis, elle a été le théâtre de violences de la part de jihadistes qui s'y sont infiltrés et y ont commis les premiers attentats-suicides de l'histoire du Mali.Sous-équipée, l'armée malienne a été mise à rude épreuve en 2012 par les groupes armés, notamment islamistes. Selon plusieurs sources concordantes, ces derniers se sont approvisionnés en armes lourdes entre autres en Libye, à la faveur de la chute de Mouammar Kadhafi - dirigeant libyen déchu et tué en 2011 - dont le régime possédait un arsenal important.En avril 2012, la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (Raddho), une ONG basée à Dakar, avait évoqué «des milliers de rebelles» ayant quitté la Libye «avec 35'000 tonnes d'armements» et qui ont pu entrer au Mali.                              

Riad
Mardi 26 Février 2013 - 09:45
Lu 516 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+