REFLEXION

LES TERRES AGRICOLES, LA NOUVELLE PROIE DES SPECULATEURS : Enfin, ça bouge au ministère !

En Algérie, le prix des terres agricoles s’envole. La spéculation foncière rend de plus en plus difficile l’installation d’une bonne gestion des terres agricoles dans le domaine de la production agricole. Alors que le pays importe désormais plus de 50% du blé et autres légumes secs, la majorité des terres agricoles ont été escroqués par des spéculateurs et accapareurs.



LES TERRES AGRICOLES, LA NOUVELLE PROIE DES SPECULATEURS : Enfin, ça bouge au ministère !
Chaque année, des centaines d’hectares de terres agricoles sont détournées de leurs vocations agricoles. A Oran, Mostaganem, comme dans les différentes régions du pays, des terrains abandonnés, sous-loués, revendus ont été des sources d’enrichissement  des faux fellahs. Face à ces constats, que faire ?  Enfin le ministère de l’agriculture bouge ! Des sources proches de l’Office national des terres agricoles nous informent qu’ «une commission d’inspection sera installée pour effectuer sur le terrain des opérations de contrôle des fellahs ayant abandonné leurs terres agricoles.» Il sera procédé à une inspection minutieuse de tout le patrimoine agricole non exploité et laissé en friche par leurs propriétaires. Cette opération interviendra une fois l’opération de concession, lancée en 2010, menée à son terme. Les mêmes sources nous font savoir que «les brigades de contrôles auront toutes les prérogatives pouvant aller jusqu’à la déchéance du droit de jouissance des biens non exploités et débusquer les spéculateurs.» L’on apprendra par ailleurs «après la prolongation des délais de retrait des actes de jouissance jusqu’à la fin de l’année en cours, 3.700 fellahs sur un total de 6.341 dossiers introduits auprès de l’office national des terres agricoles, ont retiré leur contrat de jouissance.» Pour rappel, la wilaya d’Oran compte 6.456 concessions agricoles, soit un total de 56.787 hectares, pour lesquelles 6.096 fellahs ont postulé.696 dossiers auraient fait l’objet d’un avis défavorable par la commission habilitée au niveau de l’Office des terres agricoles pour des motifs divers. C’est qu’ont été exclus de facto tous ceux qui ont déjà conclu des marchés relatifs à des terres agricoles publiques ou qui les ont obtenues en violation de la loi en vigueur, les auteurs de changement de vocation des terres et des transactions douteuses. Pour les pouvoirs publics, il est évident que ce programme a été mis en place dans l’objectif d'augmenter le rendement des terres agricoles afin d’atteindre l’autosuffisance, d'encourager les exploitants agricoles à la rentabilisation de la production agricole grâce à la modernisation des équipements et la préservation du foncier agricole. Dans ce cadre justement, la loi prévoit la création d'un fichier national recensant ce patrimoine mais aussi l’établissement d'une carte délimitant les terres agricoles ou à vocation agricole.
 

Riad
Dimanche 29 Septembre 2013 - 22:00
Lu 394 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+