REFLEXION

LES SEJOURS EN BORD DE MER EN HAUSSE APRES L’AID : La location d'un bungalow a doublé de 12.000 DA à 16.000 DA /Jour

Les vacances continuent et ainsi après la fête de l’Aïd, les familles en congé rejoignent les plages de la Corniche oranaise afin de profiter du soleil et de la mer, car avec l’arrivée du mois sacré certains vacanciers ont été contraints d’écourter leurs séjours balnéaires pour rentrer au centre-ville.



En effet, un grand nombre de familles louent des bungalows au bord de la mer à des prix allant de 12.000,00 da à 16.000,00 da surtout en cette période estivale, presque tous les habitants de la Corniche transforment leurs maisons en chambres d’hôtels. Cet état de fait est devenu très fréquent à la Corniche, où tout est commercialisé. Les commerçants de la côte gonflent toujours les prix des produits qu’ils proposent aux clients, c’est une aubaine pour eux de cartonner durant cette période où les estivants et surtout les émigrés ainsi que les touristes viennent pour passer l’été à la Corniche oranaise et sont prêts à débourser plus pour des meilleurs services. «Je viens chaque été à la Corniche avec ma famille, on loue un bungalow au bord de la mer au complexe des Andalouses, il y a tout le confort et le nécessaire ainsi que la sécurité c’est le plus important de séjourner dans un lieu sécurisé surtout lorsque on a des enfants en bas âge» dira un émigré. Il y a des espaces verts pour que mes enfants puissent jouer, il y a aussi une piscine, des boutiques, des crèmeries, des restaurants, des pizzerias enfin on n’a pas besoin d’aller loin pour faire ses courses. Certes, ce séjour au bord de la mer me coûte les yeux de la tête mais cela vaut le coup.  Une fois par an, on doit faire un break et se détendre pour reprendre le boulot en forme et pour que mes enfants profitent du soleil et du plein air ajoute-t-il. Pour ce qui est des familles qui ont une petite bourse, elles préfèrent emmener leurs enfants à la plage pour la journée et rentrer le soir chez eux. «On n’a pas les moyens pour louer un bungalow au bord de la mer c’est hors de nos moyens, on va durant la journée à la plage et cela nous revient cher avec les frais de transport au quotidien, la location du parasol et des chaises longues, les glaces et les friandises pour les enfants, enfin ce n’est pas facile pour nous  en tant que parents de satisfaire les besoins de nos enfants après les frais du mois de Ramadhan. 

Medjadji H
Mardi 13 Août 2013 - 11:02
Lu 127 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+