REFLEXION

LES SAIGNEURS DU RAMADAN : Ces mauvais djinns que personne n’a enchaînés



LES SAIGNEURS DU RAMADAN : Ces mauvais djinns que personne n’a enchaînés
Les mauvais djinns sont enchaînés entre le premier et 27ème jour du ramadan. Ils sont libérés quelques heures seulement après la dernière prière des taraouih, qui s’achève avec la lecture des dernières sourates du saint Coran. Les diables sont retenus en lieu sûr pendant les 27 jours de ramadan avant Leïlat el Qadr, la nuit du destin. Pendant toute cette période, les humains ne courent, en principe, aucun risque et ne doit avoir, donc, aucune crainte d’être agressé par un djinn mal intentionné. Sur le plan spirituel, le fidèle rassuré, peut se consacrer à l’adoration du Tout-puissant, et intensifier ses prières en vue de se faire pardonner les quelques incartades additionnées au cours des 11 mois précédents le ramadan. Mais ces djinns gardés à l’ombre, aussi mauvais qu’ils puissent être, sont loin d’égaler les diables, bien en chair et en os ceux-là, qui apparaissent sous différentes formes et qui sévissent durant toute l’année. Et plus particulièrement durant ce mois sacré. Sous l’apparence de vampires assoiffés de sang humain, ils n’attendent pas le premier jour pour se manifester. Ils s’y prennent généralement plusieurs jours avant le sacré mois de toutes les saignées. Ils commencent par la rétention de produits de large consommation, créant une fausse pénurie pour faire jouer la fameuse loi de l’offre et de la demande, pour « légaliser » la hausse des prix. La demande augmente = les prix augmentent, c’est aussi simple que ça. Ces diables n’ont pas eu besoin d’aller se casser la tête à faire des études de sciences économiques, ni à plonger dans d’ennuyeuses analyses d’économie politique. D’ailleurs, quelqu’un de très sensé avait déclaré un jour qu’un piston solide valait mieux que 20 ans d’études. Les diables déchaînés, à forme humaine, comme attiré par une force irrésistible, redoublent paradoxalement de férocité durant ce mois. Ce mois où, justement, les vrais diables sont appelés à se montrer moins voraces et avoir un peu d’humanité à l’égard des malheureux jeûneurs qui ont besoin d’un peu de sollicitude, un peu de… pitié. Rien n’y fait. Le voleur devient plus voleur, l’agresseur ordinaire agresse deux ou trois fois plus pendant le ramadan. Le mauvais marchand triche davantage pendant le ramadan. Le laitier fourgue à ses clients du lait en poudre dilué au prix du « lait de vache fraîchement reçu de la ferme… » Quelle ferme ? Nul ne le saura jamais. Tous ces diables déchaînés se retrouvent à la mosquée, bousculant ceux qu’ils ont saignés dans la journée, pour se frayer une voie leur permettant de se mettre au premier rang, juste derrière l’imam, pour obtenir les faveurs du Tout-Puissant, qu’ils croient pouvoir tromper. On se demande qui parviendra jamais à enchaîner ces diables à forme humaine, ne serait-ce que pour laisser l’honnête homme reprendre son souffle.

A. Salim
Vendredi 3 Septembre 2010 - 13:34
Lu 2664 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+