REFLEXION

LES RESPONSABLES DE LA POSTE BAIGNENT DANS UNE BEATITUDE IRREELLE : La langue de bois à l’épreuve de la réalité

En dépit des efforts déployés par Algérie Poste pour gagner le défi de la carte magnétique, le chemin reste encore long. En effet, les citoyens oranais se plaignent toujours des pannes qui touchent plusieurs distributeurs automatiques de billets (DAB), ces moyens de paiement électroniques conçus pour alléger la pression sur les guichets de poste



LES RESPONSABLES DE LA POSTE BAIGNENT DANS UNE BEATITUDE IRREELLE : La langue de bois  à l’épreuve de la réalité
Exception faite pour quelques uns, et nous citerons le cas de la poste Zerbani Mohamed qui est pratiquement toujours en état de fonctionnement, les DAB sont souvent en panne, pour ne pas dire non fonctionnels et n’ont pas atteint les objectifs qui leur ont été assignés et qui ont conduit le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication à dépenser des sommes colossales pour leur implantation. Contrairement à ce qui avait été prévu initialement, les DAB ne fonctionnent pas en H24 et sont inaccessibles, quand ils sont en état de marche, les week-ends et jours fériés, ce qui a conduit des usagers à ironiser en disant: «La technologie ne fait pas de miracle chez nous». A l’appui de ces dires, ils citeront les DAB qui sont souvent en panne, à l’instar de celui d’Es-Sénia dont l’écran a été brisé et refait, mais qui reste désespérément en panne. Pourtant, il y a quelques jours, au début de ce mois, les responsables de la poste ont lancé une opération de maintenance et d’entretien de ces distributeurs, allant jusqu’à informer les usagers de leur mise en service momentanée. Le plus grave est que les responsables, ministre et responsables locaux en tête, font dans l’euphorie en multipliant les déclarations optimistes, comme si le réseau était bien huilé et fonctionnait en totalité. Un usager de la poste Zerbani, qui a fui celle d’Es-Sénia, dira: «Si ces responsables faisaient un tour sur le terrain pour constater ce qui se passe, ils ne feraient pas autant de fausses déclarations. C’est vrai qu’ils sont induits en erreur par leurs subordonnés, mais s’ils faisaient un saut de temps à autre dans les postes ils auraient beaucoup de sanctions à distribuer». Si les DAB n’ont pas apporté la solution attendue, il est clair que les responsables doivent se pencher sur la question pour connaître les raisons de ce lamentable échec, et il n’est pas, ici, question d’évoquer le seul problème des liquidités. Le lieu de leur implantation, leur fonctionnement, la distribution des cartes magnétiques, toutes ces questions méritent d’être revues. S’agissant, justement, des cartes magnétiques, les responsables viennent de déclarer que 25.000 cartes ont été distribuées en 2010 et affirmé qu’une trentaine de distributeurs automatiques existent sur le territoire de la wilaya d’Oran. Ils omettent de dire que ces DAB ne fonctionnent généralement pas et qu’au niveau des postes, personne ne sait comment sont distribuées ces cartes, puisque des dizaines de personnes nous ont déclaré qu’elles en sont dépourvues, et qu’à la poste on leur répond: «Il faut écrire à Alger». Ce ne sera certainement pas en multipliant les déclarations qu’on fera en sorte que ces moyens de paiement électroniques soient la solution, car ils sont la solution, pour peu que la question des distributeurs et des cartes soient sérieusement prise en charge et que les bureaux de poste, cet interface avec les usagers, aient des notes signées par les responsables où la marche à suivre sera clairement décrite. Faute de quoi, nous baignerons toujours dans les déclarations béates, loin de la réalité, et faites dans une langue de bois que l’on croyait disparue.

A.Yzidi
Vendredi 19 Août 2011 - 10:56
Lu 176 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+