REFLEXION

LES RESIDENTS DE LA SALAMANDRE SE PLAIGNENT: Le front de mer tarde à voir le jour

Cela fait trois ans que les responsables de la wilaya de Mostaganem avaient décidé de démolir les habitations faisant face à la mer pour la construction d’un front de mer. Aujourd’hui, rien n’a changé et l’image offre un spectacle désolant.



Cette situation a dénaturé le visage du site qui faisait la fierté de la ville avec ses anciens cabanons pieds dans l’eau et son petit théâtre. Cette fantastique image de jadis, a malheureusement disparue après que tout soit rasé. L’opération de démolition a suscité beaucoup d’interrogations et d’incompréhension chez les citoyens, car pour eux c’est une grande partie de l’histoire et du patrimoine culturel de la Salamandre qui venait d’être carrément balayée de la terre. Certains nostalgiques ont eu les larmes aux yeux, tellement l’émotion était grande, ils ont même filmé pour la postérité toute l’opération de démolition, notamment celle du petit théâtre, où bon nombre d’adultes y sont passés durant leur enfance. Les propriétaires des quelques habitations épargnées, prennent leur mal en patience, du fait que les travaux de réalisation du nouveau front de mer, n’ont pas à ce jour encore été lancés. La situation actuelle qui donne l’impression d’un grand chantier abandonné à ciel ouvert, étouffe les riverains, plus particulièrement en période de chaleur où la poussière ne se fait pas prier pour pénétrer à l’intérieur des maisons. Ils arrivent difficilement à supporter et à s’acclimater avec ce paysage déplorable. En réalité, le projet du front de mer faisait rêver tous les Mostaganémois. Depuis le temps, ils imaginent à quoi va t-il ressembler mais jusqu’à maintenant ce rêve tarde à prendre forme et à se réaliser, les travaux avancent à une vitesse d’escargot. Encore une fois, les habitants sont pénalisés et souffrent de l’état impraticable de la chaussée, devenue par la force des choses une simple piste carrossable où des monticules de sables sont entassés sur les deux cotés en face de la mer. En dépit de toutes les difficultés rencontrées par les riverains, ils doivent subir aussi les virées nocturnes de bandes de jeunes qui viennent presque chaque soir s’adonner à la boisson alcoolisée, sous le regard médusé des familles venues s’oxygéner le soir au bord de la mer. Aujourd’hui, il est plus judicieux, d’accélérer les travaux et d’en finir avec ce projet qui perdure depuis trois années déjà, afin d’atténuer des souffrances des résidents.

Mihoub
Lundi 18 Avril 2011 - 12:45
Lu 603 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+