REFLEXION

LES RATAGES DU MINISTERE DE L’EDUCATION : La Fédération des parents d’élèves



LES RATAGES DU MINISTERE DE L’EDUCATION : La Fédération des parents d’élèves
Après l’oubli du calendrier des vacances scolaires, qui a perturbé tous les programmes de travail des chefs d’établissements, il y a lieu de signaler, que ce document est primordial pour la programmation des répartitions pédagogiques et autres devoirs d’évaluations cycliques par les professeurs. Voilà t-il, que les services de Benbouzid viennent encore créer d’autres problèmes. Il s’agit de la nouvelle sanction qui frappera de plein fouet tous les travailleurs de l’éducation, qui auront « séché » la journée du jeudi 18 Novembre. Trois journées de salaire seront imputées sur la paie de ce mois et influeront de facto sur la prime de rendement. Une décision communiquée sur de simples coups de téléphones, ordonnée à des chefs d’établissements qui ne savent plus à quel saint se vouer. Pourquoi n’avoir pas trouvé une solution de rechange qui aurait satisfait l’administrateur et l’administré, si on avait programmé à la place de ce fameux jeudi « noir » la journée du samedi 13 ou celle du 20 et le tour est joué ? Mieux encore, à quoi ont contribué les fameuses vacances dites « D’automne » qui auront brisé l’élan de la vitesse de croisière des différentes progressions pédagogiques corroborées par les unités pédagogiques ? Telles sont les questions que posent les syndicats du corps enseignant aux décideurs du Ministère de tutelle et qui se réserveraient, croit on savoir, de sources concordantes, le droit de riposte .Et voilà, encore une fois, une occasion inespérée, offerte gratuitement aux nageurs en eau trouble, pour sanctionner des enfants pris en otage à chaque gaffe commise en haut lieu. D’un autre coté, la réaction de la Fédération des parents d’élèves de la wilaya de Mostaganem, ne s’est pas fait attendre et dont nous dira, à cet effet, « si le Ministère de l’éducation Nationale a toutes les raisons de s’inquiéter quant à l’assiduité des élèves dans leur scolarité, nous, en notre qualité d’organisation parentale, nous y conviendrons. Mais prendre une décision sèche à l’encontre des enseignants, les pénalisant par une sanction ; celle de ponctuer 03 jours sur les salaires de ceux qui se sont absentés le jeudi 18 Novembre, faisant de cette journée ouvrable « un pont » prolongeant le congé de l’Aïd El-Adha, nous considérons, alors, que cette mesure, un peu hâtive, ne laissant aucun espace au dialogue avec les entités syndicales représentatives. Pour mémoire, l’année écoulée a été pleine d’arrêts de cours et de grèves, comptabilisant des centaines d’heures de cours perdues. Aujourd’hui, nous pensons qu’un enseignant qui rate quelques heures peut les récupérer sans pour autant faire de cela un problème national ». M. Kassous Charef, conclura : « Nous avons bien appris la leçon, nous les parents d’élèves. Dés qu’il y a absence de dialogue, ce sont nos enfants qui paient la facture. Il y a lieu de revenir à la sagesse. Sinon, que dire aux parents dont les enfants n’ont pas, à ce jour, perçu le moindre cours dans certaines matières ? De grâce, laissons nos enfants suivre tranquillement leurs cours ».

B.Cherifi
Mardi 23 Novembre 2010 - 19:11
Lu 373 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+