REFLEXION

LES PARKINGS SAUVAGES A MOSTAGANEM : Où est-elle la loi ?

Le « No man’s land » est un mot anglais qui désigne un territoire où aucune loi ne régnait vraiment. Une appellation qui trouve surement son équivalent dans nos villes d’aujourd’hui incarnée sous le nom de « parking sauvage ».



LES PARKINGS SAUVAGES A MOSTAGANEM : Où est-elle la loi ?
Le parking sauvage, un lieu où les pseudo-gardiens jouissent de l’impunité totale en l’absence d’une réelle sanction. Certaines rues, routes, ruelles et artères de la ville de Mostaganem sont devenues des parkings à ciel ouvert, car à peine  que l’automobiliste stationne son véhicule, des jeunes surgissent de nulle part pour lui exiger de payer afin qu’ils gardent son véhicule. Même à l’intérieur des cités et quartiers l’infortuné propriétaire d’une voiture habitant dans un bâtiment ne trouvant pas de garage où stationner en toute quiétude son véhicule se trouve harcelé par ces pseudo-gardiens. Ces derniers trouvent que tous les moyens sont bons pour ramasser de l'argent, et ce au vu et au su de tout le monde et dans l'impunité la plus totale avec même des graffitis sur les murs des immeubles et d’autres artères en guise de panneaux publicitaires pour leur activité. Par ailleurs, ce sont souvent des chômeurs où des jeunes du quartier, le bâton à la main, qui se convertissent dans cette activité décidément lucrative avec un gain facile, encouragés souvent  par l'absence des autorités. Il suffit de garer le plus normalement du monde votre véhicule au niveau de n'importe quelle rue, soudain des jeunes viennent vous annoncer que c'est un parking pour vous soumettre à payer une charge allant de 20 à 50 DA, et c’est qui  s’est passé aux nombreux automobilistes qui nous ont sollicités afin de mettre un peu de lumière sur ce sujet. Les autorités locales doivent intervenir pour mettre fin à ce phénomène qui perdure au niveau de la ville et il est plus que nécessaire que  l’APC mette fin à cette anarchie avec des mesures rigoureuses pour ensuite trouver une solution adéquate à ces jeunes, car le citoyen reste impuissant face à ce phénomène. 

Bouziane Kamel
Mercredi 3 Avril 2013 - 08:57
Lu 527 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+