REFLEXION

LES MUTATIONS DE L’ECONOMIE EN ALGERIE : Changement de cap, aux investissements étrangers

Le changement de cap de la politique Algérienne, qui est sortie d’un système « para socialiste » pour se lancer dans le système libéral de l’économie de marché, a stimulé certains opérateurs étrangers à prendre la direction de l’Algérie.



LES MUTATIONS DE L’ECONOMIE EN ALGERIE : Changement de cap, aux investissements étrangers
Parmi les opérateurs étrangers qui avaient prospecté le terrain, il y a bien sûr ceux qui avaient investi pour la création et la réalisation d’entreprises. Et il y a aussi ceux qui profitaient du marché du travail Algérien. Le coût de la main-d’œuvre et les taxes, inférieures à celles appliquées dans leurs pays.
Autant profiter ! Pour d’autres aussi, c’est « la caverne d’Ali Baba » qui s’est ouverte, notamment la privatisation de certaines usines qui « pendaient des œufs en Or ».
Alors, que durant la seule période 2008-2009, l’opérateur Tunisien « Gestion et Finances CGF, a créé la compagnie financière d’Algérie CFA, filiale dotée d’agrément d’intermédiaire en bourse.
La banque Française PNB Paribas, a ouvert sa première agence en Algérie à Mostaganem, suivi d’autres agences à Oran, Tlemcen et Sidi-Bel-Abbès.
La société algéro-saoudienne d’investissement, holding d’investissement détenu à parts égales par les deux Etats, a été créée et dotée d’un capital appelable de 08 milliards de dinars.
Dans le domaine de l’exploration des gisements, certains partenaires étrangers sont déjà installés au Sud du pays. Le groupe pétrolier Italien ENI, qui a acquis la licence d’exploration pour la concession de la zone ‘’Kezak’’, dans la région de Timimoune. ENI détient les actifs de First Calagry Pétrolium. ENI et la Sonatrach renouvellent aussi l’accord passé entre eux concernant la production de l’énergie pour le champ du bloc 403, situé dans la zone de Bir Er-Rabaâ. Tandis que la compagnie Saoudiènne Swicorpn, participe dans le capital pétrolier ‘’Petroser’’, fabricant et diffuseur de carburant et produits dérivés.
Les Américains, sont aussi présents avec la compagnie du Texas ‘’Shumberger’’ qui s’est alliée avec Enabor, filiale de Sonatrach pour la réalisation de ‘’Shara Well Construction Services, une société de forage de puits de pétrole.
Dans le domaine du Gaz, le groupe britannique GKP, a investi 50 millions d’USD dans des projets d’exploration et d’équipement dans cinq blocs gaziers et pétroliers. Alors que la compagnie Allemande E.ON Rulrgas a ouvert son bureau à Alger.
Les Irlandais, avec leur compagnie Petroceltie, déjà installée en Algérie, a obtenu, un nouveau permis d’exploration de la zone de ‘’Izarene’’ au Nord du pays.
Les Espagnoles Bahia Ferilisers, forme elle aussi un joint-venture avec la Sonatrach pour la construction d’une usine d’Amoniac à Arzew. La seconde compagnie espagnole Fiate Seguros, forme aussi un joint-venture avec la compagnie algérienne d’assurance CAAT, compris l’assurance santé et vie. D’autres compagnies espagnoles sont installées aussi à la wilaya d’Oran, il s’agit de SEOR, une société des eaux qui a remplacé l’Algérienne des eaux. Seulement elle pratique des tarifs très exorbitants profitant de l’absence du système de régulation, cette société a démontré déjà son incompétence dans le domaine du branchement des immeubles en eau..
Les suisses sont aussi présents dans l’agro-business, Nestlé et le groupe algérien, Zahaf pénètrent dans la première usine de conditionnement d’eau dans les bouteilles, à l’instar ‘’d’Ifri’’,’’Saïda’’,’’Misserghin’’ et les autres.
La compagnie Anglaise BP British Petrolium s’associe à l’Algérien Petroser pour la production et la commercialisation de lubrifiants à partir de l’usine située à Arzew
Une présence timide des opérateurs arabes, un partenariat qui n’a pas pris des dimensions réelles !
La présence d’opérateurs Arabes dans le marché algérien, demeure toujours en veilleuse. Les quelques investissements enregistrés, se limitaient aux Groupe Emirati ENC, qui a opté pour la production laitière et réalisé la plus grande ferme laitière d’Afrique à Hmada, adossée à un projet de production fourragère. Quant aux Saoudiens du groupe Swicop /Altea ils ont créé l’entreprise Cogitel, filiale algérienne en charge d’une nouvelle usine d’emballage souples à Constantine.
Les opérateurs Omanais, par le biais de Suhail Bahwan, en joint-venture avec Sonatrach, se sont engagés à réaliser un complexe d’ammoniac et d’urée à Mers El-Hadjadj (Oran).
Le producteur Egyptien d’équipements électriques ‘’El Swedy Cables’’ réalise à Aïn Defla une usine de production de câbles électriques hautes tension avec un investissement de 50 millions USD. Le groupe Dubai World qui a crée un joint-venture 50/50 avec l’entreprise Portuaire de Djen Djen pour la gérance et l’agrandissement de ses infrastructures pour la durée de concession de 30 années. Le groupe Emarati ‘’Al Qudra Holding United Arab’’ installe une filiale locale en prélude à la création d’un complexe immobilier mixte sur une superficie de 8,5 ha, à Sidi Fredj. L’armateur Dubaïote ‘’Gulf Agency Compagny’’ s’installe à Alger et crée GAC Algéria, une agence maritime qui fournit des services logistiques.
A El Mactaâ, entre Oran et Mostaganem, ‘’Singapore Public Works’’ s’est associé avec ‘’Algérian Energy Comapny ‘’ pour la réalisation d’une usine de dessalement en partenariat 51 /49.
Ce n’est qu’une petite partie de glace qui cache l’Isbergue !
Le groupe Snasco-Algérie Saoudi Arabia Public Works, spécialisé dans la promotion immobilière, a lancé l’année écoulée, avec l’Entreprise algérienne EPLF, un projet résidentiel sur la frange marine d’Oran, route de Canastel.
Enfin, à signaler aussi la présence du Groupe Suisse Kuehne et Nagel Switzerland une boîte chargée de la distribution des équipements Legrand en Algérie à partir d’un entrepôt d’une superficie de 2000 m2, situé aux environs de la capitale Alger.
Le groupe Français, BTP Bouygues / Colas Rail, qui a installé une filiale chargée de suivre les nouveaux appels d’offres.
Ce n’est qu’une petite partie de glace qui cache l’Isbergue, d’autres groupes se sont installés en « partenariat » profitant de la forme de privatisation, tel le groupe allemand Knauf, qui a acquis le plus grand complexe des plâtres et dérivés en Afrique, situé près d’Oran, et qui n’a jamais souffert financièrement. En activité depuis trente années, il a toujours réalisé annuellement un grand bénéfice à coup de milliards. Bradé en 2006, la majeure partie de son personnel a perdu son travail !

Aek Ben Brik
Vendredi 8 Janvier 2010 - 23:01
Lu 1555 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+