REFLEXION

LES MANIFESTANTS LIBYENS HISSENT LES DRAPEAUX DU ROI IDRISS A ROME : Quand un roi Mostaganémois règnait sur la Libye

Idriss El-Mehdi, ou Idriss 1, né le 12 mars 1890 à Mostaganem petit-fils de Mohammed Ibn Ali Al-Sanoussi, reconnu comme émir de Cyrénaïque par les Anglais en 1946, il fut roi de Libye du 24 décembre 1951 à 1969. Aujourd’hui, les Senoussi visent à récupérer leur héritage historique et religieux en Libye où Kadhafi a détruit 330 zaouïas et exterminé les sympathisants de la Tarika Sanoussia



LES MANIFESTANTS LIBYENS HISSENT LES DRAPEAUX DU ROI IDRISS A ROME : Quand un roi Mostaganémois règnait sur la Libye
Benghazi conquise, les insurgés ont amené le drapeau vert de la République libyenne, et hissé le pavillon rouge, noir et vert, avec le croissant et l’étoile : le drapeau monarchique du roi Idriss. Le même que celui qu’ont hissé les manifestants sur le portail de l’ambassade libyenne à Rome, au cri de « Voici le drapeau de la Libye démocratique, celle du Roi Idriss ». Un acte symbolique, riche d’histoire et d’actualité brûlante.

Emir de la Cyrénaïque
Idriss El-Mehdi (Sidi Mohammed Idriss El-Mehdi Al Sanoussi), ou Idriss 1, né le 12 mars 1890 à Mostaganem en Algérie et mort le 25 mai 1983, petit-fils de Mohammed Ibn Ali Al-Sanoussi. Chef de la confrérie religieuse des Senoussis en 1916, il fut contraint de s'exiler en Egypte en 1923. Reconnu comme émir de Cyrénaïque par les Anglais en 1946, il fut roi de Libye du 24 décembre 1951 à 1969. Il fut déposé par Maâmar El-Kadhafi alors qu'il était en traitement médical. Auparavant émir de la Cyrénaïque et de la Tripolitaine, Sidi Mohammed Idriss Al-Mehdi Al-Senoussi fut mis sur le trône de Libye par les Anglais, quand le pays, colonie italienne depuis 1911, obtint son indépendance en 1951. La Libye devenait une monarchie fédérale, dans laquelle le roi Idriss exerçait la fonction de chef d’Etat, avec droit de la transmettre à ses héritiers. C’était toujours le souverain qui nommait le premier ministre, le conseil des ministres et la moitié des membres du sénat qui avaient le droit de dissoudre la chambre des députés. Sur la base d‘un traité vingtennal d’« amitié et alliance » avec la Grande-Bretagne, en 1953, le roi Idriss concéda aux Anglais, en échange d’une assistance militaire et financière, l’utilisation de bases aériennes, navales et terrestres en Cyrénaïque et Tripolitaine. Un accord analogue fut conclu en 1954 avec les Etats-Unis, qui obtinrent l’utilisation de la base aérienne de Wheelus Field aux portes de Tripoli. Elle devint la principale base aérienne états-unienne en Méditerranée. Etats-Unis et Grande-Bretagne disposaient en outre, en Libye, de polygones de tir pour l’aviation militaire.
Avec l’Italie, le roi Idriss conclut en 1956 un accord qui non seulement la
disculpait de tous les dommages causés à la Libye, mais permettait à la
communauté italienne en Tripolitaine de garder pratiquement intact son
patrimoine. La Libye devint encore plus importante pour les Etats-Unis et la Grande-Bretagne quand, à la fin des années 50, la compagnie états-unienne Esso (Exxon Mobil) confirma l’existence de grands gisements pétrolifères et que d’autres furent découverts tout de suite après. Les plus grandes compagnies, comme l’américaine Esso et la britannique British Petroleum, obtinrent d’avantageuses concessions qui leur assuraient le contrôle et le gros des profits du pétrole libyen. L’italienne Eni, à travers Agip, obtint aussi deux concessions. Pour mieux contrôler les gisements, la forme fédérale de gouvernement fut abolie en 1963, en éliminant les régions historiques.

Le coup d’Etat de Maâmar El-Kadhafi

Les protestations des nationalistes libyens, qui accusaient le roi Idriss de
brader le pays, furent étouffées par la répression policière. Mais la
rébellion allait croissant, surtout dans les formes armées. Cela déboucha sur un coup d’Etat dont le principal artisan fut le capitaine Maâmar El-Kadhafi, opéré sans effusion de sang en 1969 par seulement cinquante officiers, qui s’étaient dénommés « officiers libres » sur le modèle nassérien. La monarchie abolie, la République arabe libyenne obligea les forces états-uniennes et britanniques à évacuer les bases militaires et, l’année suivante, nationalisa les propriétés de British Petroleum, et obligea les autres compagnies à verser à l’Etat libyen des quotas beaucoup plus hauts de leurs profits.

La propagande de 1911

Le drapeau de roi Idriss, qui flotte à nouveau dans la guerre civile en Libye, est la bannière de ceux qui, en instrumentalisant la lutte de ceux qui se battent authentiquement pour la démocratie contre le régime de Kadhafi, entendent ramener la Libye sous la coupe des puissances qui la dominèrent à une autre époque. Celles qui, chapeautées par les Etats-Unis, se préparent à débarquer en Libye sous le paravent du « peace keeping » (maintien de la paix… ndlr). En attendant, de concert avec le Pentagone, le ministre annonce que partiront de la base de Sigonella des avions militaires, dirigés vers la Libye pour des « objectifs exclusivement humanitaires ». Cette même « intervention humanitaire » que demandent les pacifistes de l’ « appel urgent », et ceux qui déploient le drapeau du roi Idriss, oublieux de l’histoire. Ils devraient se souvenir qu’il y a un siècle, en 1911, l’occupation de la Libye, préparée par une propagande martelée, fut soutenue par la majorité de l’opinion publique, alors que dans les cafés-concerts on chantait "Tripoli, belle terre d’amour, que vole à toi ma chanson !” Les temps et les tons changent, mais reste la rime : "au grondement du canon".

Par Riad
Mardi 1 Mars 2011 - 23:01
Lu 3732 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+