REFLEXION

LES HABITANTS DU TYPHUS ET LES COMMERÇANTS INFORMELS FONT ENCORE PARLER D’EUX : Six tentatives d’immolation en 24 heures

Six personnes ont tenté de s’immoler par le feu durant les dernières vingt-quatre heures à Mostaganem. Après les quatre tentatives de suicide par le feu enregistrées dans l’après-midi du mardi dernier au bidonville « Typhus », deux autres cas ont été signalés dans l’après-midi du mercredi à l’intérieur du siège de l’APC de Mostaganem.



LES HABITANTS DU TYPHUS ET LES COMMERÇANTS INFORMELS FONT ENCORE PARLER D’EUX : Six tentatives d’immolation en 24 heures
En effet, Mostaganem a connu une fin de semaine très agitée puisque en l’espace de 24 heures 6 personnes ont essayé de mettre fin à leurs vies. Ces tentatives se sont déroulées au moment où les élus sont en campagne pour plébisciter un nouveau mandat. Avec un bilan mitigé, ces derniers ont fait la sourde oreille aux revendications des citoyens et ils continuent toujours. Cette attitude a contribué à augmenter le désespoir  chez les citoyens vivant une situation sociale déplorable qui les pousse à commettre des actes irréparables. Le dernier en date concerne deux commerçants informels qui se sont dirigés mercredi dernier vers l’APC de Mostaganem avec l’intention de mettre le feu à leurs corps. Ces deux commerçants revendiquaient un stand pour exercer leurs activités après avoir été délogés du marché d’Ain Sefra. La tentative d’immolation a eu lieu à l’intérieur de  l’hôtel de ville. Mais heureusement, les deux suicidaires ont été empêchés, par le délégué à la sécurité de l’APC et ses compagnons, de passer à l’acte. Cette tentative d’immolation par le feu s’ajoute à celle commise la veille au bidonville « Typhus » par quatre citoyens qui voulaient par cet acte dénoncer leurs conditions de vie et réclamer des logements décents loin  des baraques de fortunes  dans lesquelles ils vivent. En effet, quatre  personnes habitant le Typhus ont tenté mardi vers 14h30 de se suicider par immolation, a t on constaté sur place. Elles se sont aspergées d’essence mais ont été empêchées de passer à l’acte par leurs voisins du bidonville « Typhus ». Les choses ne se sont pas arrêtées là. En colère, des dizaines d’habitants de cette cité ont fermé momentanément la RN 23, reliant Mostaganem et Relizane pour dénoncer les conditions de vie déplorables dans leurs baraques, durement affectées  par les pluies diluviennes qui se sont déversées lundi soir. Les manifestants affirment avoir appelé la Protection civile et les services de sécurité pour les secourir, mais en vain. Pour crier à la Hogra,  ils sont redescendus dans la rue et on fermé un axe routier principal pour réclamer leur relogement  dans des habitations décentes. D’importants renforts de la police et de la gendarmerie ont été, cependant, dépêchés sur les lieux.  

Said
Samedi 17 Novembre 2012 - 00:00
Lu 545 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+