REFLEXION

LES ELEVES DE L’ECOLE « BELAIDOUNI » NE SERONT PAS DELOGES : Qui sera responsable de la sécurité des élèves ?



LES ELEVES DE L’ECOLE « BELAIDOUNI » NE SERONT PAS  DELOGES : Qui sera responsable  de la sécurité  des élèves ?
Après le long bras de fer, qui a opposé les parents d’élèves de l’école primaire Belaidouni Touati à la direction de l’éduction de la wilaya, suite à la décision de la fermeture de l’école pour des travaux de réhabilitation. De ce fait, les parents d’élèves avaient protesté, la semaine dernière, en bloquant la route. Finalement ,un compromis a été trouvé sur le litige, ayant opposé la direction de l’éducation de Mostaganem aux parents d’élèves de l’école primaire Belaidouni Touati, concernant la délocalisation de leurs enfants vers les établissements riverains et ce, pour permettre aux services compétents d’engager des travaux de réfections et de consolidation de certaines ailes de la bâtisse en question, qui date de l’époque coloniale et qui a abrité la congrégation des sœurs de la sainte ANIES. L’accord prévoit, le retour des élèves à leurs classes initiales, sous réserve d’une déclaration parentale écrite, dégageant la responsabilité de l’administration quant aux éventuels incidents pouvant survenir, lors de l’engagement des travaux. Il faut reconnaître que la structure scolaire en question est très vieille et voilà plusieurs années que les doléances des directeurs d’établissement, qui se sont succédé à sa tête, n’ont pu être concrétisées, malgré les déplacements par deux fois de l’ex-Wali ainsi que des visites du chef de daïra et du P.APC. Une expertise datant du 30/03/2003, réalisée par l’agence de Mostaganem de l’organisme national de Contrôle Technique de la Construction préconisait notamment : la réfection de l’abri, la reprise du jointement du carrelage, la réparation et le renforcement du système porteur du support de la cour, l’exécution d’un joint étanche entre les deux ailes de la cour, la réparation des descentes d’eau et enfin le colmatage des fissures avec un mortier riche en ciment et produit SICA. Pour l’instant la DLEP a dépensé l’équivalant d’environ 1 500 000 dinars pour des travaux d’assainissement et de pose partielle de carrelage. Alors que la réalité impose une véritable étude, pour une restauration efficace d’un monument qui traine derrière lui un pan de l’histoire de la ville de Mostaganem.

B.Cherifi
Dimanche 24 Octobre 2010 - 00:01
Lu 532 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+