REFLEXION

LES DERNIERES INTEMPERIES ONT REDUIT LES SORTIES DES PECHEURS : Les spéculateurs du poisson en profitent

Les prix des produits de mer ne cessent de monter en flèche, ces dernières semaines, atteignant ainsi des chiffres, jusque-là, jamais égalés pour un pays dont le littoral est riche en production halieutique. Cela a abouti à une nette régression dans la consommation du poisson à Mostaganem.



Les prix sont jugés excessifs par les consommateurs. Dans les marchés on peut constater cet état de fait où la sardine est affichée à 400 DA le kilogramme, voire 500 DA. Le Pageot, quant à lui, est cédé au prix fixe de 500 DA le kg. La crevette royale, elle  a atteint le seuil des 2500 DA. Le « denté à gros yeux », un autre type de poisson oscille, quant à lui, entre 700 et 800 DA le kg. Selon l’un des vendeurs, le mauvais temps qui a sévi ces derniers jours serait à l’origine de cette hausse des prix. Mais selon des citoyens rencontrés sur les lieux, cette cherté a également été observée durant la période estivale. « Les prix du poisson sont exorbitants. Et c’est le cas toute l’année. Le mauvais temps est juste un prétexte pour augmenter davantage les prix », déclare un citoyen. Selon un autre  vendeur, « la cherté du poisson est due aux mauvaises conditions climatiques». Il expliquera qu’à cause des intempéries, la mer est agitée et les chalutiers restent à quai et ne sortent pas, et par conséquent, les prix flambent à cause du manque de l’offre. Ces derniers mois, même la sardine est devenue un produit de luxe, étant inaccessible pour les familles aux revenus modestes. Elle a atteint le seuil des 500 et 600 DA le kilogramme. « La sardine est devenue hors de prix. Elle a atteint les 500 DA. C’est de la folie », s’étonne un vieux rencontré sur les lieux. « Avec un modeste salaire, il est très difficile d’assurer le minimum à une famille de quatre enfants. Outre le poisson, les légumes sont hors de portée. Mais où va-t-on comme ça? », Regrette pour sa part cet autre père de famille. « La direction de la pêche et celle du commerce devraient mettre des règles strictes et des seuils des prix qu’il ne faut pas dépasser », a-t-il ajouté

D.H
Lundi 4 Février 2013 - 08:58
Lu 217 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+