REFLEXION

LES DEFIS DE L’ALGERIE 2015/2020: Passer d’une économie de casino à une économie productive implique un État de Droit et des réformes structurelles

La sphère financière doit être au service de la sphère réelle. Faute d'une véritable révolution culturelle pour inculquer l'esprit d'entreprise et libérer l'ensemble des énergies créatrices, passant par une vision stratégique reposant sur des institutions crédibles et des acteurs acquis aux réformes, loin de l’esprit rentier, un Etat de Droit et une participation citoyenne, une lutte sans merci contre la bureaucratie néfaste qui produit la sphère informelle , contrôlant entre 40/50% de la masse monétaire en circulation , la refonte du système financier, socio-éducatif et la libéralisation du foncier , il ne faut pas s’attendre à l’émergence d’entreprenants dynamiques en Algérie , qui doivent produire en termes de coûts et qualité , tenant compte d ‘une économie de plus en plus mondialisée.



1.-La dominance de la mentalité spéculative a un effet négatif sur le développement dans la mesure où pour tout développement fiable   le capital argent doit se transformer en capital productif. . La suprématie  de la sphère financière spéculative sur la sphère réelle et les distorsions  entre les profits spéculatifs en  hausse, pas ceux de véritables entrepreneurs créateurs de richesses durables, sans oublier  la détérioration de notre environnement par un  modèle de développement et consommation énergétique qui a besoin d’une transformation    face   à une population mondiale est d’environ 7 milliards d’âmes et  allant  rapidement vers 10 milliards, expliquent largement l’essence de cette crise . Afin de protéger la banque des activités, certains experts  préconisent  de séparer les banques de dépôts des banques d’investissement. Les  banques seraient  autorisées à user de l’épargne qu’elles ont  en dépôt pour prêter aux ménages, aux entreprises et à d'autres banques, mais ne devraient plus être   autorisées à acheter des titres comme  l'achat d’actions ou toute acquisition de produits financiers ‘’titrisés’’. C’est dans ce cadre  qu’il y a lieu globalement de repenser tant l’actuelle relations économiques et politiques internationales que l’actuelle politique socioéconomique de  l’Algérie reposant sur les rentes spéculatives afin d’éviter  du replâtrage  en ne s’attaquant pas   à l’essence de la crise. Privilégier comme dans les années 1970  une tendance protectionniste serait néfaste à terme,  du fait de l’interdépendance des économies (mondialisation)  et l’apparition de nouveaux acteurs (pays émergents d’où le passage du G7 au G20).
2.-Les fondateurs de  la science économique, disons l’économie politique, Smith, Ricardo, Karl Marx,  Schumpeter,  Keynes et plus près de nous les institutionnalistes mettent en relief,   comment extraire de la valeur provenant du travail,  condition  sine qua non de la richesse des Nations. Actuellement existe une  crise de la théorie économique qui influe sur les politiques économiques, les politiques  étant tétanisées  face à l’ampleur de la crise mondiale, n’ayant plus de référence, expliquant les tâtonnements et l’absence de vision stratégique. La reprise économique mondiale  en cours, étant  encore fragile,  on ne peut  pas exclure l’hypothèse d’une rechute  dans les prochaines années, s’il advenait que la dépense publique se ralentisse et que la croissance ne soit pas reprise par l’entreprise privée productive , et ce à mesure de l’atténuation de l’impact des mesures de relance budgétaires et monétaires sur la croissance. Il y a urgence,  pour l’Algérie maillon faible de l’économie mondiale, étant soumise aux chocs externes du fait que ses exportations reposent sur une seule ressource les  hydrocarbures dont la fixation des prix lui échappe totalement,  d’une autre vision,  qui  implique plus de réformes de fond et non des replâtrages car l’équilibrisme ou statu quo  est  suicidaire. L’on doit s’attaquer à l’essentiel et non au secondaire,  avec plus de moralité surtout des dirigeants qui doivent donner l’exemple et  plus de justice sociale qui ne saurait signifier égalitarisme source de démotivation. Je ne saurai trop insister sur les  relations  dialectiques entre la morale  (l’éthique) et le développement souvent négligées par les économistes expliquant largement d’ailleurs les révoltes sociales récentes tant dans le monde arabe que dans les pays développés, d’où l’urgence d’une nouvelle gouvernance mondiale et locale par une réelle décentralisation pour une participation citoyenne. La concentration des revenus en faveur des couches spéculatives destructrices de richesses, le manque de visibilité dans les politiques socio-économiques  et  la  dominance  des rentes,  deviennent inquiétants. Il s’agit  de réhabiliter l’économie de la connaissance  et l’entreprise  créatrice de richesses publique ou privée locale ou internationale qu’il s ‘agit  de démystifier.
En résumé, le  véritable nationalisme  des Algériens  en ce XXIème siècle, se  mesurera quant à leur capacité de contribuer à la valeur interne, en monde turbulent et incertain où de profonds bouleversements géostratégiques qui  s’annoncent avec des menaces sérieuses nécessitant des stratégies d’adaptation tant politiques, militaires qu’économiques. Cela ne peut se réaliser sans approfondir les LIBERTES dans tous les domaines politiques, économiques, sociaux et culturels. Concernant l’Economique, il s'agit de libérer les initiatives  créatrices et notamment des entreprises créatrices de richesses publiques et privées locales ou internationales. On ne peut continuer avec la baisse du cours des hydrocarbures qui sera de longue durée, verser des salaires sans contreparties productives, non maîtriser la gestion  par  des surcoûts exorbitants, des projets sans impacts réels  et généraliser les subventions à l’ensemble de la société sans ciblage, sans risquer de conduire le pays au même scénario de 1986. C’est la  condition   de la création d’emplois productifs afin d’atténuer les tensions sociales. En économie, le temps ne se rattrape jamais n’existant pas d’équilibre en soi. Pour  Albert Einstein, point de vue que je partage  je le cite : « la vie, c'est comme la bicyclette : il faut toujours avancer pour ne pas perdre l'équilibre… Et la  valeur d'un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir.

 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Vendredi 12 Juin 2015 - 18:17
Lu 765 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+