REFLEXION

LES COMMERÇANTS INFORMELS D’AIN SAFRA ONT TENTE DE MARCHER JEUDI :Une manifestation bloquée par la police

L’opération de délogement des marchands informels du marché populaire de « Ain-Sefra » qui s’est déroulée dans des conditions tendues jusqu’à une heure tardive du mercredi, n’a pas été du gout des marchands. Jeudi matin, ceux là, en colère, sont retournés une ultime fois sur le lieu de leur gagne pain métamorphosé en décombres à l’issue du passage des bulldozers, pour traduire leur inquiétude maintenant qu’ils ne sont sans travail. Protestation qui s’est marquée par un léger affrontement entre policiers et manifestants, avant qu’un musclé déploiement n’intervienne pour arrêter leur avancée et delà préserver le calme de la ville.



LES COMMERÇANTS INFORMELS D’AIN SAFRA ONT TENTE DE MARCHER JEUDI :Une manifestation bloquée par la police
Sur la ruelle principale du souk jonchée d’un tas d’immondices et de détritus à l’issue du passage du bull, les manifestants armés de pierres et d’objets hétéroclites convergeaient notamment des quartiers d’El-Arsa, d’El-Houria et de Radar entre autres pauvres faubourgs, pour la tentative d’avancer vers le centre-ville dans l’espoir  évident d’élargir le champ d’hostilité. Mais la forte et impressionnante mobilisation de policiers munis pour leur part de matraques, n’était pas pour se faire piétinée en ces temps critiques. D’où la formelle intervention policière qui progressait en parallèle avec l’autre opération d’appel au calme par ces mêmes officiers de police alors qu’elle devait incomber aux autorités communales. En fait, cette protestation était pressentie depuis la veille, à savoir mercredi, lorsque ces commerçants qui longent l’Oued d’Ain-Sefra se sont vus délogés par les services de la commune de Mostaganem dans le cadre de l’opération de la lutte contre l’informel. Contraints de quitter les lieux, les jeunes vendeurs informels dans état de choc, regardaient de loin avec des yeux hagards, leurs baraques et leurs étals défoncés par le bulldozer. De quoi soulever l’abattement des uns et le courroux des autres. Ainsi, la mort dans l’âme, nombreux qui n’ont pas attendu longtemps pour  exprimer leur exaspération vis-à-vis des services de la commune, pour les accuser d'avoir ignoré leurs revendications. Car de ces commerçants originaires de la commune, certains qui besognaient dans ce souk depuis des lustres, prétendent avoir été écartés et exclus des listes des bénéficiaires. 
 
Les non bénéficiaires seront pris en charge bientôt !
 Parmi les commerçants qui exerçaient dans un cadre informel au niveau d’Ain-Sefra, 314 commerçants ont bénéficié de nouveaux stands dans le nouveau marché réalisé sur les lieux pour absorber l’informel. Pour ce qui reste, les autorités les ont assuré qu’ils seront prochainement rétablis dans leurs nouveaux locaux dans le deuxième marché qui est en voie de réalisation. Seulement, il faut patienter disent-ils.  Or, estimant que la période d’attente est très longue, selon les commerçants qui est de six mois, les protestataires, qui sont aussi des pères de familles, disent qu’ils doivent nourrir leurs enfants. D’après l’un d’eux : « On ne peut pas patienter six mois sans travail, il y a parmi nous des gens qui ont plusieurs enfants à nourrir ». Quant aux jeunes du quartier El-Houri, les responsables ont décidé de les affecter vers un terrain situé au niveau de leur quartier. Mais ces jeunes commerçants  se posent également une question de taille : « C’est un terrain trop éloigné, à la lisière d’une forêt, donc c’est une zone pas du tout commode pour être un centre d’activité commerciale.  Vous imaginez que des consommateurs qui se déplacent jusqu’à cet endroit éloigné et isolé pour acheter leurs victuailles ? 
 
Nos élus manquent de diplomatie
Pour conclure, il est utile de revenir au rôle des élus qu’ils ne jouent aucunement à bon escient. Car il y a lieu de dire que la colère vécue au marché d’Ain-Sefra mercredi et jeudi, incombe à ces agents qui sont allés proférés d’incendiaires « mises en demeure ». Car, bon nombre de commerçants rencontrés sur les lieux ont dénoncé l’absence du dialogue entre les responsables de l’APC et les délégués du comité du souk Ain-Sefra. Selon eux, « Plusieurs entretiens avec  les responsables de l’APC nous ont été interdites, au total sept visites. Et pour le comble, certains de ces responsables censés nous trouver des solutions sont venus pour nous lancer des propos choquants en nous menaçant : si vous n’évacuez pas les lieux, on va mettre le feu dans vos baraques ». Mais où sont la diplomatie et la finesse avec le citoyen qui veut juste des propos rassurants ?    
 

B. Kamel
Vendredi 19 Octobre 2012 - 23:00
Lu 1342 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par MOI le 20/10/2012 09:25
C'est bizarre qu'ils aient déloger les commerçants illégaux du marché de L'Aïn Sefra catimini.
Alors, je me pose une question, pourquoi ce choix maintenant et au vu des moyens utilisés ça laisse perplexe? Est-ce que tous ce remue-ménage ne serait pas lié à la visite de Mr Hollande président de la république française, car n'oublions pas que Mostaganem à jouer un rôle majeur dans les relations franco-algérienne, concernant l'indépendance. En effet, De Gaule a fait un discours du fronton de la mairie de Mostaganem, d'ailleurs la ville est sur un axe majeurs entre l'est et l'ouest de l'Algérie (Alger-Oran). Fera-t-il une halte à Mostaganem? Peut-être, si c'est le cas, la ville se doit d'être propre et débarrassé de ce marché bidonville, ne serait-ce que pour l'image de la ville, on a tous à y gagner.

2.Posté par omar le 20/10/2012 18:29
Bonjour
C"est juste pour corriger quelque chose, Mostaganem n"est plus un axe entre Oran et Alger.
L"autoroute passe à 60 kms de Mostaganem.
C"est une ville qui ferme au couché du soleil, chose concevable peut être pour les conservateurs "EL Hdar" mais pas pour les nous Aroubias qui sont considérés comme des envahisseurs.
Il faut vite réagir notre capital de la Dahra se meurt. Pour le commerce informel, c'est une bonne chose de faire du nettoyage, par contre il faut trouver une solution pour aider tous les jeunes.
Un ancien élève du Lycée Zerrouki Cheikh Ibn-eddine.

3.Posté par Muslim le 23/10/2012 08:46
De la peinture et quelques espaces verts cela embellira le centre ville côté ain esefra...c'est une bonne initiative..que ça dure mais n'oublier surtout pas de trouver une solution pour les jeunes qui vendaient la-bas.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+