REFLEXION

LES CHANCES DE RELOGEMENT NE SE PRECISENT QU’APRES UN EFFONDREMENT A ORAN : Des centaines d’habitations présentent un risque majeur d’effondrement

Le Wali d’Oran, M. Abdelmalek Boudiaf, a fixé un délai de trois mois pour l’achèvement de la réhabilitation des 600 vieux immeubles inscrits dans la première tranche de ce vieux projet. Il est vrai que l’opération accuse un retard considérable. Les travaux de réhabilitation des 200 immeubles situés au centre-ville, pour un budget de l’ordre de 70 milliards de centimes, sont loin d’être achevés.



LES CHANCES DE RELOGEMENT NE SE PRECISENT QU’APRES UN EFFONDREMENT A ORAN : Des centaines d’habitations présentent un risque majeur d’effondrement

Interrompus à maintes reprises, ces travaux souffrent d’un retard dans le règlement des situations, mais surtout d’une mauvaise évolution arrêtée lors des études de diagnostic et d’expertise des immeubles concernés. Les entrepreneurs en charge du projet auraient été régularisés depuis une semaine et ont perçu leurs premiers chèques, mais rien n’indique, cependant, que les opérations de réhabilitation avanceront à un rythme souhaité et finiront par changer le look de ces immeubles et garantissent les risques d’effondrement qui menacent de nombreuses bâtisses. Tout en fixant un délai de trois mois pour achever cette première phase de l’opération engagée, le wali aurait demandé aux acteurs concernés de faire appel aux artisans expérimentés dans le domaine de la réfection pour parfaire ce projet et le livrer dans les délais fixés. Mais que de fois les appels d’offres lancés par les services concernés ont été déclarés « infructueux ». Et en attendant, le vieux bâti oranais s’élargit d’année en année. Les services de la protection civile de la wilaya ont recensé pas moins de 150 habitations présentant un risque majeur d’effondrement et plus de 200 immeubles qui se sont effondrés durant cette année 2010. Selon les dernières statistiques  officielles,  la ville d’Oran compte près de 15.000 habitations classées précaires et  présentant un danger d’affaissement,  un chiffre qui augmente d’un exercice à un autre et qui varie selon les sources d’estimations souvent aléatoires et peu crédibles. Car pour la majorité des oranais connaissant l’état de leur cité, la plupart des espaces urbains notamment au centre-ville et dans les vieux quartiers sont truffés de vieilles bâtisses fragilisées par le temps et l’absence totale de la maintenance. Ce laxisme qui dure depuis l’indépendance a été, hélas, accompagné par une lamentable politique de prise en charge du tissu urbain qui pénalise aujourd’hui la grande capitale de l’Ouest. A St-Pierre ou à El-Hamri, des quartiers meurtris par le vieux bâti, des dizaines de familles vivent dans des conditions proprement inhumaines. Depuis plus de trois décennies « des commissions de recensement » se sont régulièrement déplacées sur les lieux, porteuses à chaque fois d’illusions renouvelées. Derrière centaines façades laissant croire qu’il s’agit d’une maison de maître, bien  entretenue, se cache parfois un décor intérieur de ruine et de baraques ou s’entassent plusieurs familles. La dégradation des voiries et des conduites d’assainissement ou de protection foncière et l’absence totale d’hygiène sont source de maladies récurrentes et de désagréments chroniques qui plongent ces quartiers parmi les espaces urbains malfamés et rejetés par toute forme d’investissement ou de promotion foncière sans aucune  valeur marchande pouvant être forgée par un avenir urbain et commercial promoteur et prometteur. Ces quartiers restent finalement en marge de toute dynamique de développement laissant entrevoir des jours meilleurs. Et ici les chances de relogement ne se précisent qu’après un effondrement tragique causant le décès d’un, deux ou de plusieurs citoyens anonymes comme ce fut le cas en novembre 2007. Comment en trois mois peut-on  changer l’état de la ville?


Noureddine Bentifour
Mercredi 5 Janvier 2011 - 10:42
Lu 373 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+