REFLEXION

LES CAMPS 4,7 ET 11 ISOLES dans la commune d’ain el bia : Les habitants dénoncent le laxisme des transporteurs



Les habitants des villages sonatrach, notamment ceux des camps 4,7 et 11, dans la commune d’Ain El Bia souffrent le martyre au quotidien, devant le manque flagrant de moyens de transport. Situé, à seulement 03 kilomètres du chef-lieu de la municipalité, ce village est menacé d'isolement et les villageois, se plaignent de cette situation qui dure depuis plusieurs années. Les rares transporteurs, qui assurent les dessertes entre ces villages n'assurent pas leur mission à plein temps, et ne respectent pas leur itinéraire, ce qui engendre des désagréments aux voyageurs. «Ils travaillent, quand ils veulent et comme ils le veulent. Ils ne se soucient guère des voyageurs qu'ils abandonnent hors des arrêts», dénonce un villageois d'un certain âge. «J'ai du mal, à me déplacer en ville et pour aller au travail. J'arrive souvent en retard, ce qui me cause des problèmes avec mes responsables», nous dira une autre habitante qui travaille à Oran. Les tarifs, pratiqués par les transporteurs sont aussi jugés excessifs par les villageois, qui ne savent plus à quel saint se vouer. Les transporteurs clandestins, exigent 50 DA pour une place sur une distance qui ne dépasse pas les 7 km, alors que d'autres ne demandent que 25 DA. De ce fait, et devant cette anarchie, certains voyageurs, notamment les écoliers, préfèrent rejoindre à pied le chef-lieu de la commune.

Medjadji H
Lundi 8 Août 2011 - 09:55
Lu 212 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+