REFLEXION

LES BOULANGERS DE L'OUEST EN CONCLAVE : Ils réclament une baguette à 12 DA



L'association des boulangers d'Oran, affiliée à l'Union des associations des commerçants et des artisans d'Oran (UACOAO), organise aujourd'hui à Oran une rencontre régionale qui sera consacrée, apprend-on, aux problèmes de la corporation notamment la question du prix de vente au détail de la baguette de pain qui, selon eux, doit être porté à 12 DA. Ces derniers estiment que le prix administré, fixé depuis 1996 à 8.50 DA, est aujourd'hui tombé en désuétude en raison des mutations socio économiques qu’a connu le pays et les nombreuses difficultés que vit la corporation. En réalité, cette réunion est une occasion pour débattre de la meilleure réponse à adresser aux autorités locales qui avaient pris des mesures coercitives à l'encontre des boulangers qui n'avaient pas respecté la permanence de la fête de l'Aïd El Adha.«Plusieurs boulangers se sont vus signifier des fermetures administratives prononcées par les services de contrôle de la qualité et des prix pour leur refus d'observer un programme de permanence décidé sans concertation avec la base», affirment des boulangers qui ne manqueront pas de faire porter la responsabilité de cette situation «à l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) qui ne nous représentent pas et que les pouvoirs publics considèrent comme leur unique interlocuteur».Au cours des travaux de cette assemblée qui pourrait déboucher sur la mise en place d'une coordination régionale des associations de boulangers-pâtissiers de l'Ouest, les crédits bancaires proposés à la corporation pour l'acquisition de groupes électrogènes seront également débattus. «On nous a proposé des crédits à un taux de 14% et des conditions d'accès qui ne nous arrangent pas. On a voulu nous forcer la main en désignant un importateur agréé, alors que nous pouvons acquérir ces équipements auprès de commerçants et à moindre frais. Ce n'est pas à la banque de me désigner un fournisseur. Elle peut négocier les conditions du crédit, mais elle ne peut pas m'obliger à acheter auprès de X ou de Y», dira un boulanger membre de l'association. D'autres sujets liés au développement de la corporation figurent également à l'ordre du jour de cette réunion qui débattra également des voies et moyens pouvant rendre le métier de boulanger-pâtissier attractif et surtout intéressant pour les jeunes, «car pour se développer, la corporation a besoin de sang neuf».                        

Medjadji H
Mardi 29 Janvier 2013 - 00:00
Lu 158 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+