REFLEXION

LES BARONS FONT LA LOI A MASCARA : Main basse sur le transport

Le secteur du transport, est un secteur névralgique, qui mérite une attention particulière de la part des autorités nationales et locales, afin de le faire sortir des griffes des barons qui le dominent en même temps que la direction du transport elle même.



LES BARONS FONT LA LOI A MASCARA : Main basse sur le transport
Un secteur qui compte 1211 bus qui assurent le transport des voyageurs sur 148 lignes a travers les différentes directions dans le territoire de la wilaya et hors de la wilaya  parfois dans des conditions qui laissent à désirer sur tous les plans, à commencer par le manque de confort, la surcharge, la musique non stop durant tout le trajet qui crève le tympons, des receveurs indisciplinés et vulgaires envers les clients, le non respect des arrêts et 1407 taxis dont 800 assurent le transport urbain, ces derniers ne respectent pas les arrêts, appliquent les tarifs à leur convenance, refusent de se rendre dans certains quartiers sous différents prétextes. L'état des engins présente un danger dans certains cas. Pour les bus le problème se pose au niveau de Ghriss où des tacots âgés de plus de 40 ans continuent à rouler entre Ghriss et Mascara sur un trajet de 20 km causant un risque pour les voyageurs et pour les autres automobilistes. La direction des transports dit ne pouvoir les suspendre vu qu'ils possèdent une fiche de contrôle technique (scanner) ne portant aucune observation. Qui a pris le risque pour délivrer un document pareil a une simple épave qui roule ? Ces engins sont bons pour la casse alors qu'ils continuent a occupés une place parmi le parc roulant assurant une ligne... Pour le parc que composent les taxis, il et renouvelé à 80 % grâce aux crédits octroyés par les Banques. Le parc transport de la wilaya assure le déplacement de 39.663 places vers toutes directions par jour dont 32.961 places/jour par les bus et 6702 places/jour par les taxis. Le secteur compte également 3909 postes d'emplois en tant que personnels roulants dont 1211 chauffeurs venant en majorité du personnel retraité au niveau des différentes entreprises, le reste c'est des travailleurs dans le noir, ne possèdant ni assurance, ni avantages sociaux, comme ils ne figurent point sur les registres des inspections de travail. Ainsi que 920 emplois divers dans le même cas (dans le noir) les propriétaires du transport font perdre a la CNAS des dizaines de millions par année et condamnent leurs personnels à terminé leur situation professionnel en mendiant. Concernant la tarification, M. Bouraada chef de service du transport et représentant du directeur, les tarifs des taxis et des bus sont fixés par arrêté du Wali : les taxieurs doivent appliqués 50 DA vers toutes directions à l’exception des localités d’El-Keurt, Village Agricole, Selatna et Mamounia qui taxés à 60 DA  pour les bus les tarifs sont suivant la distance de chacun d’eux. Concernant la gare routière et le désordre qui règne dedans et qui se caractérise par le manque d’abris bus de cette gare qui dit il est constamment absent. Allant jusqu’à dire que cette structure est un bien de l’APC qui la loué sans la présence des services de transports. Le responsable oublie que la gare routière  pour les horaires du transport qui posent problème pour les voyageurs, puisque les derniers partant de cette gare vers les destinations diverse sortent à 17 h et depuis aucun départ quelle que soit la direction, hors que les fonctionnaires et  les étudiants ne sortent de leurs lieux de travail que vers 17h30 voir même 18 heures donc qui va les prendre en charge ? A cette question, le responsable dit que l’ensemble des propriétaires des bus résident dans les environs de Mascara et doivent entrer chez eux mais qui assure ce transport ? Pour les contrôles M.Bouraada disait, on ne peut contrôler tous les jours ces messieurs mais on va prendre des mesures. concernant les tickets, M.Bouraada, disait je ne sait pas si les tickets ne portent pas de cachet, or que l’ensemble des transporteurs délivrent des tickets aux passagers ne portant ni le cachet de la direction du transport, ni celle de la direction des impôts, administration chargée en principe de cachet et l’ensemble des tickets et exigeant le numéro de série qui lui permet l’imposition en fin d’année, et la direction du transport doit de son côte contrôler pour prélever sa marge de service fait, la direction du transport semble ignorée son secteur qui est directement sous le monopole des barons qui sont seuls maitres sur le terrain.                                       

B. Boufaden
Samedi 25 Décembre 2010 - 10:55
Lu 300 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+