REFLEXION

LES ATTAQUES EGYPTIENNES CONTRE L’ALGERIE : Le fils de Moubarak appelle à frapper l’Algérie à la tête

Les attaques égyptiennes contre l’Algérie ont connu, vendredi 20 novembre, une nouvelle escalade, avec la déclaration de Alaa Moubarak, fils aîné du président égyptien.



LES ATTAQUES EGYPTIENNES CONTRE L’ALGERIE : Le fils de Moubarak appelle à frapper l’Algérie à la tête
Intervenant sur une chaîne de télévision locale, il a estimé que l’Egypte devait « prendre position » et riposter à la « terreur et à l'hostilité » subie par les Egyptiens à Khartoum. Alaa Moubarak a jugé « impossible que nous, Egyptiens, supportions cela. Nous devons nous dresser et dire 'assez' ». « Si vous insultez ma dignité (...) je vous frapperai à la tête », a-t-il encore lancé.
Mercredi, lors du match Algérie-Egypte, Alaa Moubarak était dans les tribunes du stade de Khartoum en compagnie de son frère Gamal, présenté comme le successeur de son père à la tête de l’Egypte.
Ainsi , après la « punition divine » subie à Khartoum, les Egyptiens se sont transformés en victimes des « barbares » algériens. Pourtant, ils ont seulement récolté les fruits de la haine qu’ils ont semée. Pendant plus d’un mois, les « journalistes bourourous », les « joueurs voyous » et le «président pyromane », Zaher n’ont pas cessé de déverser leur haine de l’Algérien et de l’Algérie à travers leurs puissants médias.Cette « appel au lynchage des Algériens », fait craindre le pire aux sages des deux pays, car les supporters et les étudiants algériens en Egypte seront en danger ; et par ricochet, celle de la nombreuse communauté égyptienne, disséminée à travers le vaste territoire algérien. Voilà où peut nous conduire les déclarations de journalistes et de joueurs irresponsables ou celles du dirigeant Egyptien « Alaa Moubarak » assoiffé du pouvoir . […] » Vous remarquez notre naïveté qui ne pouvait pas prévoir l’« accueil fraternel » de notre équipe à coup de pierres…A Blida, les Egyptiens furent accueillis avec des fleurs ; la rencontre s’est déroulée dans un esprit sportif ; aucun blessé égyptien ne fut dénombré, avant, pendant ou après la rencontre. Ne remuons pas le couteau dans la plaie en rappelant l’enfer du Caire. A Khartoum, les Soudanais ont admirablement organisé ce match qui n’a connu aucun incident avant et pendant le match. Si au lendemain, il existe quelques escarmouches entre les hooligans des deux galeries, cela arrive dans le monde entier, car ces excités « ont souvent un soulier de foot à la place du cerveau ».

Hocine
Samedi 21 Novembre 2009 - 10:53
Lu 1148 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+