REFLEXION

LENTEUR DES TRAVAUX DU TRAMWAY DE MOSTAGANEM : Le "casse-tête" du wali Temmar

Le wali Temmar n'a pas apprécié le retard des travaux de la réalisation du tramway de Mostaganem qui s’éternise, au point de ne pas mâcher ses mots devant les responsables de cette société, en les sommant encore une fois, d’en finir avec ce comportement qui pénalise les commerces et les citoyens, les avertissant qu’il va saisir le ministre pour en finir avec ce problème une fois pour toute.



Finalement, le tramway de Mostaganem tend de jour en jour à devenir un véritable « casse-tête » pour les pouvoirs publics, qui ne cessent de multiplier les efforts pour parvenir à la relance de ses travaux qui perdurent à travers le temps et sont à l’origine de multiples autres problèmes, dont la contestation quotidienne des commerçants pénalisés par la lenteur de ses travaux. Face à ces néfastes et lourdes conséquences occasionnées par la lenteur des travaux qui, malheureusement avancent à pas de tortue et ont largement dépassé le délai requis à leur fin, le wali, M.Abdelwahid Temmar, depuis son installation, a réagi vivement à cette déplorable et insoutenable situation, en multipliant les rencontres avec les cadres de la société espagnole, chargée de la réalisation du projet. De nouveaux délais ont été accordés à cette entreprise, qui ne semble point décidé à finir le projet, et surtout ne plus se soucier du retard enregistré et des conséquences engendrées. Malgré les instructions du wali, les chantiers ont fini par s’arrêter encore une fois, et le chef de l’exécutif a fini à son tour par alerter le ministère des travaux publics et du transport sur les défaillances constatées. Une nouvelle rencontre à Alger, s’est tenue en présence du ministre, du wali et des directeurs centraux et les cadres de la société espagnole et s’est soldée par  l’octroi de nouveaux délais pour la relance des travaux. Malheureusement, ces multiples lenteurs des travaux ont été lourdement payées par les pouvoirs publics qui ont du faire face aux multiples protestations des commerçants de l’avenue Benyahia et à ceux du marché d’Ain Sefra, qui ont été indemnisés mensuellement à 18.000 dinars chacun et durant toute l’année. Aujourd’hui, après la fin de l’année, les commerçants sont revenus encore à la charge, et ont exigé d’être de nouveau à être indemnisés. Après avoir été reçus par le wali, ce dernier leur a promis qu’il prendrait en charge leur légitime revendication, en obligeant la société espagnole de les indemniser, car elle demeure, à présent l’unique responsable de cet état de faits, qui ne tient plus à finir et dont il faut en finir par le recours aux lois de la République.

L.Ammar
Mardi 7 Février 2017 - 20:19
Lu 990 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 20-09-2017.pdf
3.55 Mo - 19/09/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+