REFLEXION

LEGISLATIVES : La moralité et la crédibilité des candidats, facteurs de mobilisation de la population

Je constate à travers ce qui me parvient de la majorité des wilayas notamment pour les grands partis un déferlement de candidatures. Comment ne pas rappeler que le président de la République n’a eu de cesse de relever l’importance de ces élections qui entameront la mise en application des réformes politiques qu’il a annoncées.



Aussi, plusieurs questions se posent dont les  plus hautes autorités du pays doivent être vigilants, car engageant la sécurité nationale
 1.- Ces candidats ont-il le niveau requis pour étudier une loi, proposer  une loi  et tracer les perspectives futures du pays ?
 2.-Pourquoi des ex ministres ou ministres ayant déjà fait plus de trois  à quatre mandats se représentent –ils  devant laisser aux nouvelles générations  l’apprentissage politique ?
 3.-  Et tous ces hommes d'affaires qui placent leurs parents  dans différents partis,  quels buts recherchent-ils ?   
 4.- N’est- il pas souhaitable pour la crédibilité  et une concurrence loyale,  que  chaque ministre se  présente  non pas en tête de liste mais en troisième quatrième position ?
5.- Pour les ministres en exercice  afin de  ne pas utiliser leurs fonctions  et les moyens de l’Etat, n’est-il pas  souhaitable qu’ils   démissionnent ?
 6.-Quelle est la moralité de tous  ces candidats et   ont-ils vécu quotidiennement avec les populations ?
 7. Chaque candidat  ne devrait-il pas déposer et postuler dans la wilaya où il est né  ou ayant  vécu  ou exercé au moins pendant dix à quinze ans pour tester de sa popularité devant à tout prix éviter les parachutages ?
  Car le plus grand danger est le niveau d’abstention ce qui entacherait la crédibilité de ces élections qui engagent l’avenir du pays. Rappelons que pour le 10 mai 2012, le taux de participation total aux élections législatives  selon le décompte officiel du Ministère de l’intérieur a atteint 42,90 % incluant le taux d’abstention record de notre émigration qui s’est établi à 86%.  Globalement, en  comptabilisant  les bulletins nuls qui ont été de 1.668.507, soit 7,66 % (une nette progression par rapport à 2007) par rapport aux inscrits cela  donne 35,24% soit   64,76% de la population soit environ les deux tiers (2/3) n’ont fait aucun choix.

 

Abderrahmane Mebtoul
Vendredi 17 Février 2017 - 18:27
Lu 136 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 21-09-2017.pdf
3.59 Mo - 20/09/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+