REFLEXION

LE WALI INTERPELLE A FRENDA : La famille du grand chahid « Bencharrak Mansour » jetée à la rue



LE WALI INTERPELLE A FRENDA   : La famille du grand chahid « Bencharrak Mansour » jetée à la rue
Le contentieux de l’EPLF de Tiaret n’a pas été mis sous bonne loupe lors des passations de consignes avec l’OPGI et c’est le citoyen qui paie les frais. L’OPGI durant la décennie noire, n’est pas passée aux mesures d’assainissement de son parc immobilier et l’on se retrouve aujourd’hui devant des cas très sensibles en notant bien qu’à l’époque (les années 92), le principe d’accompagnement et d’information de la part de l’OPGI accusait un déficit très particulier et les aberrations ne sont pas à démontrer, dira M. Zahana, directeur de l’OPGI de Tiaret, qui nous a aimablement accueilli dans son bureau en compagnie de la famille du grand chahid Beneharrak Mansour, tout en rassurant cette famille que des mesures salutaires seront prises pour un réel relogement. De notre côté, nous nous sommes déplacés chez le chef de daïra de la commune de Frenda qui dira que la décision de relogement revient au chef de l’exécutif, le wali qui étant en congé, a confié la mission d’intérim à M. Belouakarif, secrétaire général de la wilaya qui aurait adressé une correspondance très exclusive dont l’objet serait la réhabilitation de cette famille dans son logement et cela après étude approfondie de ce cas très spécial et qui demeure l’unique en son genre. Le 28-07-2010, sera très gravé dans la mémoire de la famille Hamdi qui a vécu le stress durant plusieurs jours. Comment pouvoir quitter un logement après y avoir vécu prés de 20 ans ?! Faudrait-il rappeler, par ailleurs que ce logement était la propriété de l’EPLF, et en 1992, le père Hamdi Kaddour était un gardien de ce parc immobilier et n’ayant aucun bien, et sans aucune ressource, a occupé ce logement et a payé toutes les redevances (électricité, eau, gaz) et attendait une éventuelle régularisation et durant cette époque, aucun contentieux n’a été réglé et aucune opération d’assainissement du parc immobilier de l’OPGI n’a été signalé. Tout le monde se rappelait qu’à l’époque (1992-2000), la situation était chaotique. La vérité, la famille Hamdi, en bons citoyens attendait, un geste de l’OPGI mais les conditions n’étaient jamais réunies pour un cadre d’entente entre l’OPGI et la dite famille. Une plainte a été déposée au niveau de la justice et la décision d’évacuation est tombée tel un couperet. Le 28-07-2010, l’huissier de justice en compagnie des agents des services de police judiciaire, n’ont eu aucune peine bien au contraire, ils ont trouvé le logement déjà évacué, et la famille Hamdi a fait preuve d’une maturité civilisationnelle des plus rares. L’huissier et les agents de la force publique ont été surpris de l’accueil très chaleureux de cette famille qui a dressé un soi disant tente à proximité de leur logement qui les a abrités durant prés de 20 ans. Les voisins ont marqué une solidarité très surprenante. La décision de justice a été appliquée dans les meilleures conditions. Par ailleurs, l’on s’interroge sur le rôle de la commission de daïra habilitée à la distribution des logements sociaux, ainsi que les véritables desseins de l’APC qui a brillé par son absence. En 1996, une demande de logement au nom de Hamdi Djillali n’a pas été prise en considération. Un autre dossier a été déposé sons le N° 370/2008 en date du 08/06/2008 au nom de Hamdi Abderrezek et aucune suite et le dernier dossier déposé remonte à la date du 13/06/2010 sous le N° 237. La famille se dit prête pour payer toutes les redevances car son cas est très spécifique. L’OPGI durant les années passées n’a pas joué son rôle tout en rappelant qu’à cette époque qu’il y avait un mariage entre l’absentéisme des responsables et l’ignorance des citoyens mais tout peut se récupérer et qu’un jour la famille du grand chahid « Bencharrek Mansour » sera réhabilitée dans son logement. Le précieux concours de M. Hadj Bousmaha wali de Tiaret est très sollicité à Frenda, car très connu par les sages et salutaires décisions qu’il aurait prises auparavant. Pour rappel, le CEM « Bencharrak Mansour et durant 11 années, a eu le 1er classement à l’échelle de la wilaya concernant les résultats scolaires. L’effet de la baraka du Chahid…. de grâce. Ne laissez pas cette famille dans la rue !!!

Aek Benrebiha
Samedi 31 Juillet 2010 - 00:01
Lu 966 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+