REFLEXION

LE WALI D’ORAN AUX INVESTISSEURS : La wilaya ne se gère pas de l’extérieur



LE WALI D’ORAN AUX INVESTISSEURS : La wilaya ne se gère pas de l’extérieur
Avant-hier, le wali d’Oran a bien lancé en direction des investisseurs locaux de la wilaya d’Oran, des messages à plus d’un sens. Le wali d’Oran, M. Boudiaf Abdelmalek, n’est pas parti par trente six chemins pour annoncer à l’assistance que « La wilaya ne se gère pas de l’extérieur ». Une déclaration qui certainement va dans le sens que l’ère du favoritisme et du clientélisme qui a rongé plus d’un secteur à Oran est révolu. Boudiaf dira aussi que «  tous les dossiers sont traités par des commissions et dans la plus grande transparence ». Dans son intervention, le wali n’a pas caché qu’Oran accuse un retard énorme en matière de développement. A ce sujet, il citera, entre autres, le retard en matière de la gazéification de la wilaya qui n’est qu’à 50% actuellement. Au cours de cette rencontre, le wali d’Oran a annoncé que le sérieux est exigé, dans la réalisation de projets. A propos du foncier, M. Boudiaf a déclaré que ce n’est plus un problème à Oran, tout en annonçant que 50 lots ont été récupérés ces derniers mois. Les promoteurs qui ont bénéficié de terrain, ont été avertis que durant un délai de 06 mois si le projet n’est pas lancé, la wilaya procédera au retrait du terrain. « Nous avons délivré 11 actes parmi les 16 établis dans le cadre de la promotion immobilière », dira M. Boudiaf. Ce dernier a aussi annoncé que les walis sont instruits par la tutelle de fournir chaque mois un bilan sur le développement de la wilaya. Cette rencontre qui a regroupé les investisseurs, les directeurs de l’exécutif et des élus, a été initiée par le wali dans le but de permettre aux investisseurs d’exposer leurs problèmes ou leurs suggestions afin de pouvoir les accompagner dans leurs projets. Parmi les intervenants, on note le sénateur Mehiaoui qui a suggéré la réalisation des routes piétonnières, notamment au centre-ville où un bon nombre de bâtisses menace de ruine. Quant à M. Okbi, ex-wali et actuellement sénateur, il est revenu longuement sur le début de l’administration algérienne. La rencontre en question n’a pas été marquée par un grand débat, ce qui annonce que les investisseurs ont beaucoup de facilité et n’ont plus de problèmes administratifs. 

Medjadji H
Mardi 13 Novembre 2012 - 00:00
Lu 984 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+