REFLEXION

LE TRIBUNAL CRIMINEL D’ORAN PRONONCE LA PRISON A PERPETUITE : Ils ont égorgé leur victime et mutilé son corps



Ils ont comparu en fin de semaine devant le tribunal criminel près la Cour de justice d’Oran, quatre accusés appartenant à une bande criminelle spécialisée dans les vols et les agressions, suite à leur implication dans une affaire de meurtre à l’encontre d’un jeune homme âgé de 23 ans, au quartier « Chakib Arselan », que les assassins l’avaient égorgé avec une « Bouchia », après lui avoir donné plusieurs coups de poignard sur les différentes parties du corps, dans le but de lui voler son argent de l’intérieur de son domicile familial. Le tribunal criminel les a condamnés à 10 ans de prison ferme, pour le délit de complicité d’homicide volontaire, tandis que les deux accusés principaux ont été condamnés à la prison à perpétuité. De son côté, le représentant du parquet général a requis la prison à perpétuité à l’encontre de tous les accusés sur des accusations de constitution de bande de malfaiteurs, vol qualifié et homicide volontaire avec préméditation. Les faits de cette affaire remontent à l’année dernière, où les éléments de la 6ème Sûreté urbaine à la cité « Choupot », avaient reçu une information par le biais des résidents du quartier « Chakib », à travers le numéro vert, qui précise la présence d’une odeur nauséabonde qui se dégageait de l’intérieur d’un domicile qui avait attiré leur attention, ce qui a poussé les éléments des services de sécurité, en compagnie de la police scientifique à se rendre immédiatement sur le lieu indiqué, où ils ont infiltré le domicile, et à leur grande surprise, ils ont découvert le cadavre d’un jeune homme, complètement égorgé avec une arme tranchante, et terriblement mutilé sur plusieurs parties du corps. Sur place, les éléments de la police scientifique ont inspecté le cadavre, en plus des prélèvements des indices sur le lieu du drame, et ont transféré ensuite le cadavre vers le service de la morgue de l’hôpital universitaire du premier novembre, en vue de le soumettre à une autopsie médicale, où  les résultats de l'expertise scientifique délivrés par le médecin légiste avaient révélé que les causes du décès de la victime sont dues à l’égorgement qu’elle avait subi, et aux autres blessures profondes dues aux différents coups de poignard sur plusieurs parties du corps. Par ailleurs,  l’enquête a immédiatement conduit à l’identification des accusés, grâce à leurs empreintes digitales, où il a été constaté qu’ils sont des repris de justice. Il se trouve également que le jour de l’incident,  les accusés ont bien localisé le domicile qu’ils ont visé pour mener leur vol selon leurs déclarations devant le juge d'instruction, où les investigations ont démontré que les accusés ont fait irruption à l’intérieur du domicile où la victime était présente à cet instant, qui a tenté de résister pour leur échapper, mais sans y arriver, elle se fait égorger et torturer par ses bourreaux, qui se sont enfuis ensuite avec une somme d’argent en Euros, deux téléphones portables et des appareils électroniques, le laissant  baigner dans une mare de sang.    

Touffik
Samedi 28 Novembre 2015 - 17:28
Lu 552 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+