REFLEXION

LE TRAVAIL DES ENFENTS DANS LE MONDE : 215 millions d’enfants étaient actifs en 2008

Les chiffres publiés sont effarants et traumatisants, selon un rapport établi par le bureau international du travail (BIT). Ce rapport fait état d’une progression du travail infantile en Afrique subsaharienne de l’ordre d’un enfant sur quatre.



LE TRAVAIL DES ENFENTS DANS LE MONDE : 215 millions d’enfants étaient actifs en 2008
Les enfants employés très jeunes sont privés d’accès à une scolarisation normale. Entre 2004 et 2008 le nombre d’enfants au travail n’aurait baissé que de 3%. Ce taux reste insignifiant. Il n’est pas un pays, plus particulièrement ceux du tiers monde, où les enfants ne sont pas employés et ce, le plus souvent ils occupent des emplois difficiles et au-dessus de leurs forces. Selon le même rapport il s’avère que près de 222 millions d’enfants étaient actifs en 2004. En 2008 ils étaient 215 millions contre 245,5 millions en 2000, soit une baisse de 23,5 millions entre 2000 et 2004 contre seulement 7 millions entre 2004 et 2008. Entre 2000 et 2008 la baisse n’aura été que de 23,5 millions. Le même document stipule que 115 millions enfants sont en position de travail dont l’âge varie entre 5 et 17 ans. Les emplois qu’ils occupent sont différents et variés mettant en péril leur santé physique et morale et aussi leur sécurité car ils sont exposés à toutes sortes de dangers. En ce qui concerne les filles, au travail leur nombre aurait régressé de 15%. Et même de 24% pour celles qui occupant des postes dangereux. Les enfants âgés entre 5 et 14 ans sont moins nombreux et exécutent des travaux moins pénibles. Les améliorations des conditions de travail enregistrées (quoi que peu signifiantes par rapport au nombre d’enfants et à leur âge) révèlent une progression de 7% pour un total de 127,7 millions de garçons employés. La situation alarmante est celle des 15-17 ans, dont l’emploi, qualifié de légal, est de 62 millions représentant un taux de 20%. Le plus grand nombre d’enfants au travail se situe dans la région « Asie-Pacifique avec 113,6 millions et ce, malgré de récents progrès enregistrés ces dernières années. Pour ce qui est de l’Afrique ; rien qu’au Mali, plus de la moitié des enfants entrent dans le monde du travail. Les secteurs qui absorbent le plus d’enfants sont l’agriculture (60%), les services (25%) et l’industrie (7%), ledit rapport signale que la majorité de ces secteurs d’activité ne rémunèrent pas ces petits travailleurs. Selon le BIT, environ 80% des enfants ne sont pas payés pour le travail effectué. Face à ces situations de plus en plus alarmantes, l’agence onusienne a pris sur elle d’éliminer d’ici 2016, les pires formes de travail des enfants. H. Juan Somavia, secrétaire général du BIT, a reconnu que les progrès enregistrés étaient irréguliers : « ni assez rapides, ni suffisamment étendus pour atteindre les buts fixés » a-t-il souligné. « Nous devons faire de nouveaux efforts à grande échelle. La situation exige une campagne redynamisée » a-t-il ajouté par ailleurs. Selon lui, cette nouvelle impulsion était au cœur des dissensions lors de la conférence de la Haye qui s’est déroulée les 10 et 11 de ce mois. Mme Constance Thomas, directrice de l’IPEC a, pour sa part, indiqué qu’il n’y avait pas d’excuse « Nous savons ce qu’il faut faire dans la majorité des cas » a-t-elle affirmé, tout en faisant part des programmes sociaux gouvernementaux retenus pour les familles les plus vulnérables, consciente de la crise actuelle dans le monde. Le problème des enfants occupant des postes de travail dangereux se pose à tous les niveaux et aucun pays au monde n’y échappe. Dans les pays du Maghreb Arabe, comme partout ailleurs, les enfants sont de plus en plus nombreux à se mettre au travail à un âge très précoce au détriment de leur santé et leur scolarité. Les raisons sont multiples. Certains adolescents sont employés dans le secteur du bâtiment en qualité de manœuvres où ils effectuent des tâches pénibles. Il nous semble, face à cette situation qui ne cesse de prendre de l’ampleur, qu’il est urgent que les pouvoirs publies …..prennent plus à coeur ce problème pour lui trouver les solutions adéquates. Il y va de la santé de ces jeunes créatures innocentes qui ont mûri avant l’âge.

M. Bentahar
Lundi 24 Mai 2010 - 11:34
Lu 476 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+