REFLEXION

LE TERRORISME ROUTIER CONTINUE DE FAIRE DES RAVAGES A MOSTAGANEM : Arrêtons le massacre !

Il y a une dizaine de jours deux jeunes de moins de 25 ans se sont tués en moto. Ils appartenaient au quartier de Tigditt. Ce drame touche deux familles mais aussi tout un quartier. Notre compassion se tourne vers eux ; nous pleurons avec eux devant ces vies fauchées au moment où les portes de l’avenir leurs sont ouvertes, au moment où l’on fait des projets pour un avenir meilleur !



Avez-vous remarqué le nombre effrayant de jeunes qui se tuent ainsi en motos ou cyclomoteurs ? Cela deviendrait-il banal, mais peut-on s’habituer à ce que des jeunes de chez nous se tuent ainsi sur ces engins à moteur qu’ils conduisent le plus souvent à vive allure et sans respect du code de la route ? (dépassement sans visibilité, non-respect des feux et des arrêts obligatoires, concours de vitesse, jeux sur la route etc.) Mais il ne suffit pas de leur jeter la pierre. Sur leurs motos de divers calibres nos jeunes amis ressentent un sentiment de puissance, de liberté, de fierté. Et ils peuvent véhiculer des copains, rendre des services, se rendre plus vite à l’école ou au travail. Savez-vous que 80% des accidents mortels sont dus à des blessures à la tête ! Alors vous parents exigez que votre fils possédant un tel engin porte sur sa tête le casque qui normalement est obligatoire, et vous qui êtes là pour assurer notre protection (agents de sécurité, policiers, gendarmes ….) ne demeurez pas passifs devant ces jeunes qui se laissent griser par la vitesse et le plus souvent ignorent les dangers qu’ils encourent ou font courir aux autres. Si tous et toutes (responsables des services de sécurité et tous les responsables  de nos cités) se mettaient d’accord pour que ce petit casque soit obligatoire et que soit verbalisé celui qui ne le porte pas, pensez à toutes les vies sauvées par votre autorité. Mais me direz-vous nous allons recevoir une meute en folie qui va nous tomber dessus et nous devrons battre en retraite. Pas si sûr que cela ! Les jeunes ne sont pas idiots ; ils savent le prix d’une vie quand ils assistent à la sépulture de l’un des leurs ! Une telle mesure demande qu’on fasse circuler l’information dans les divers lieux où se rassemblent les jeunes : écoles, universités, cafés, stades, salles de gymnastique etc ; une telle mesure enfin suppose qu’on veille à ce que ces casques soient en vente dans les boutiques de sport, qu’ils soient homologués, et à des prix abordables ! Enfin une société qui se respecte ne peut pas avancer sans interdits, et en particulier vis-à-vis de la jeunesse. Un interdit montre ce qu’il ne faut pas faire sans justement mettre en danger sa vie et celle d’autrui, et l’interdit fait grandir, oblige à se donner des repères. Une société qui ne donne plus d’interdits conduit à l’anarchie.

Riad
Mardi 5 Novembre 2013 - 17:22
Lu 488 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+