REFLEXION

LE TERRAIN D’UN PROJET D’UTILITE PUBLIQUE MORCELE EN PLUSIEURS PARCELLES : Quand l’APC de Sidi Lakhdar enfreint la loi !?

Le souk hebdomadaire de Sidi Lakhdar ne cesse d’alimenter la polémique. Situé au cœur de la ville avec une assiette dépassant les deux (02) hectares, ce dernier va faire l’objet d’un transfert à proximité de la route menant à Sidi Ali. Alors que les travaux de ce futur site commercial ne sont même pas achevés, des gestionnaires de cette APC se sont hâtés pour tenir une assemblée, afin de délibérer en faveur de lots de terrains constructibles ,qui seront morcelés en plusieurs parcelles dans le but d’être vendus à des particuliers.



On a réussi à faire passer la délibération,  en dépit du bras de fer de quelques élus jaloux de leur commune. Une délibération  qui soulève beaucoup d’interrogations d’ordre réglementaire .Ce genre d’opération devrait  être défalquée au profit des projets d’infrastructures d’utilité publique et non pas pour  abriter des résidences de richissimes et autres personnalités politiques déplorent les élus contestataires.  Pourtant, Sidi Lakhdar en a grand besoin pour opérer sa mue soulignent ils. Pourquoi les décideurs de cette commune ne se soucient guère  des terres agricoles limitrophes à la ville  qui se rétrécissent comme une peau de chagrin à cause du béton qui les a envahies diront d’autres.   On espère à Ouled Khelouf  que ce lotissement, se  heurtera au refus catégorique des responsables compétents de la wilaya  de Mostaganem  au motif que le terrain en question ne peut accueillir qu’un projet d’utilité publique et rien d’autre. De nombreux habitants  interpellent monsieur le wali afin d’intervenir pour le bien de cette localité. Des sources concordantes affirment qu’une pétition a été  signée par des habitants et certains élus  dénonçant les faits, a été  adressée au wali dont une copie  faxée au chef du gouvernement à Alger. Il semble que les gestionnaires de l’APC    ignorent la loi sur l’orientation immobilière 25/90.  L’article 71 de cette loi définit clairement  la « primauté »  des pouvoirs publics et des collectivités locales sur un bien immobilier dans le cadre de l’utilité publique. D’ailleurs, même le président de la république, lors de ses différents discours a sommé les responsables d’opter pour les logements sociaux différentes formules au détriment de l’attribution des lots constructibles aux particuliers. Dans ce contexte, des ex – responsables qui ont eu à gérer ce genre de dossiers nous confirment  que  la procédure est très réglementée pour éviter tout détournement des biens de l’Etat, surtout concernant les terrains publics. Plusieurs commissions doivent siéger à cet effet, lorsqu’il s’agit d’un  site au centre-ville qui fait saliver  plus d’un explique-t-on. Est-ce une particularité pour Sidi Lakhdar, puisque aucune commune dans la wilaya voire au niveau national  n’a enregistré cette pratique. La tutelle de wilaya  devrait intervenir, car le rêve qu’a dessiné Mr le Wali  pour cette  commune, risque de se transformer en cauchemar par leur faute. Nous ne sommes contre personne et notre seul souci est l’intérêt de Sidi Lakhdar  conclut-on. Il y a lieu de signaler que lors de cette assemblée tenue ce jeudi dernier, un élu ne pouvant supporter  cet état de fait, a  quitté la réunion avant de rédiger sa démission suivi d’un rapport accablant pour être adressée au premier responsable de la wilaya notamment le ministre concerné. (Affaire à suivre)

Seif Eddine
Dimanche 29 Septembre 2013 - 22:00
Lu 205 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+