REFLEXION

LE « SIG » ET LE « SWACR », DE NOUVEAUX OUTILS OPERATIONNELS : La protection civile renforce ses moyens d'intervention

Le corps de la protection civile, à l'instar des autres corps de sécurité, a connu une amélioration remarquable de ses outils de secours avec l’apport technologique qu’il vient d’en bénéficier. En effet, Ce dernier s’est doté de moyens « humains et matériels » tout aussi rationnels pour ses missions.



Pour mieux servir, les moyens utilisés doivent être à jour. En effet, l’attrait des nouvelles technologies  des services de la protection civile Algérienne ne date pas d'hier, il se traduit par une stratégie d'investissement et de partenariat avec plusieurs partenaires activant dans des domaines de nouvelles technologies. Et c’est le cas avec le « SIG» et le «SWACR »; deux logiciels indispensables utilisés pour protéger le citoyen avec des interventions rapides et fructueuses. Outils essentiels surtout dans les risques majeurs pour être efficaces et actifs  lors d’un secours. De ce fait, le service de la protection civile de la wilaya de Mostaganem nous a ouvert ses portes pour mieux comprendre les méthodes employées pour mieux servir. Notre destination était le bureau de la cartographie et les risques spéciaux dirigé par le lieutenant Belakred Mohamed qui nous a expliqués que : « le SIG ; système d’information géographique constitué de plusieurs cartes thématiques numérisées sous forme de couches superposées à savoir (carte du réseau routier, forêt, …etc.), afin de calculer avec précision et d’analyser quelles sont les unités les plus proches pour intervenir au lieu de l’accident. », tout simplement le « SIG » est un outil d’aide à la décision.  Notre interlocuteur ajouta : « Pour le SWACR; le schéma de la wilaya d’analyse et de la couverture des risques, ce dernier classe et recense les risques avec un schéma  qui comporte les risques courants et majeurs suivant l’historicité ainsi que les statistiques enregistrées auparavant. Les premiers concernent ceux dont la fréquence est élevée mais leur gravité est limitée à l’exemple des accidents de la circulation routière, l’évacuation sanitaire, les incendies et les opérations diverses, et l’autre concerne les séismes, les inondations, les glissements de terrain…etc.». Au bureau de ce dernier, une simulation a été faite d’un appel de détresse lié à un feu de forêt dont le lieutenant a calculé en quelques secondes et avec précision le temps qui a valu à l’unité la plus proche pour intervenir. Notre interlocuteur nous a ajouté aussi que : « Ces deux logiciels d'intervention assureront plusieurs missions allant de l'évacuation sanitaire au sauvetage en milieu périlleux en passant par le transport des matériels, l'extinction des feux de forêt ou encore l’implantation de futurs unités.». En outre, l’automatisation des données « texte, image, carte…etc. », est un procédé devenu prépondérant pour les services de la protection civile qui traitent désormais des masses considérables d'informations de nature et de formats diverses. Elle permet aussi de réduire le nombre des victimes lorsque survient l'incident.  Les objectifs de ces logiciels sont d’agir rapidement et efficacement dans les meilleurs délais et d’évaluer l’adéquation des moyens de secours existants à la réalité des risques de la wilaya pour mieux répondre à l’exigence des situations opérationnelles. A noter que la wilaya de Mostaganem était choisie comme wilaya pilote pour le projet « SWACR» et son modèle a été répandu à travers toutes les autres wilayas.

Bouziane Kamel
Samedi 9 Février 2013 - 10:13
Lu 461 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+