REFLEXION

LE SACHET DE LAIT A 40 DA ET LE PAIN A 20 DA : Y’a t-il une DCP a Mostaganem ?



LE SACHET  DE LAIT A 40 DA ET LE PAIN A 20 DA : Y’a t-il une DCP a Mostaganem ?
La fête de l’Aïd El Adha, comme toutes les fêtes d’ailleurs, a été mise à profit par les mercantis toujours plus nombreux, à saigner le consommateur, pour ajouter du beure dans les épinards. Non contents de jouer au 40-40 avec les prix à longueur d’année, voilà que nos commerçants ou ceux qui se présentent en tant que tels, de remettre ça, malgré les mise en garde, des pouvoirs publics qui ont brandi la menace d’un retrait du registre de commerce en cas de non-respect du service public, certains boulangers et laitiers ont décidé de passer outre ces consignes, défiant ainsi l’autorité de l’Etat et mettant à rude épreuve la patience des consommateurs, se fichant des règles de bonne conduite et font ouverture dans la spéculation, notamment en matière de prix. Dès que pointent un évènement religieux ou autre comme le mois de Ramdhan ou l’Aïd, ils se transforment en larrons. Rien ne satisfait leur appétit. Du simple bouquet de persil à la viande de mouton ne passant par le pain, le lait et les fruits et légumes laminés par ce comportement mercantiliste. Les citoyens ne savent plus à quel saint se vouer. Les nouveaux « Dracula » de l’économie libérale ont investi tous les créneaux, mandataires, maquignons, transformateurs de lait intermédiaires sans foi ni loi activant dans le marché informel. Chacun d’eux tente à sa manière de gruger le consommateur devenu le dindon de la farce. Au marché des bestiaux ceux qui ont attendu la dernière minute pour choisir la bête du sacrifice, espérant ainsi assister à une baisse des prix, se sont aperçus de la crédulité de leur calcul. Les chevillards qui ont placé la barre haute, n’étaient pas disposés à faire de cadeaux et le mouton moyen s’est vendu à plus de 30.000. Du côté d’Algérie poste, l’ambiance non plus n’était pas à la sérénité, la foule de retraités les nouveaux damnés de l’Algérie capitaliste, s’est levée tôt pour retirer une pension souvent insuffisante pour faire face aux besoins quotidiens. Au premier jour de l’Aïd, les boulangers à l’exception de quelques-uns et les laitiers ont allégrement piétiné les consignes, se sachant hors de portée des sanctions annoncées par les directions du commerce. Pourquoi le lait ? Il existe pourtant, il existe des transformateurs de ce produit au niveau de la wilaya, lesquels opérateurs disposent de toutes les facilités pour satisfaire la clientèle, mais aucuns s’étonnent que ces gens là travaillaient selon leurs convenances et intérêts personnels, se souciant très peu de ce que peut penser le consommateur. Le lait est distribué sans aucun contrôle en amont et en aval, une fois bouilli, il ne garde aucune saveur qui fait croire qu’il s’agit bien de lait. Est-il mélangé à de la poudre « importée » ou un colorant blanc ? D’ailleurs, l’appât du gain est si fort au sein de cette corporation soutenue dans sa majorité par les aides de l’Etat, que le sachet de lait à 25 DA est sacrifié la plupart du temps au profit du sachet de lait de vache, cédé à 40 DA. Chose qui n’arrange guère les ménages à faible revenu et assez nombreux. Entre le lait que l’on buvait jadis dans des bouteilles en verre fabriqué par la CLO et le breuvage douteux que l’on nous sert aujourd’hui, il y a assurément une différence qualitative. Bref, que les structures concernées par le contrôle de la qualité réagissent et se manifestent, les choses iront peut être mieux. Pendant que dans la journée d’avant-hier Vendredi, la baguette de pain s’est vendue à 20 DA, chez les revendeurs ! Les consommateurs de Mostaganem méritent mieux face à ce déchaînement des prix.

T. B. Aek
Samedi 20 Novembre 2010 - 22:01
Lu 563 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+