REFLEXION

LE PROJET DU PARC D’ATTRACTION DE KHAROUBA A MOSTAGANEM : Une vraie "chakchouka"

DE FAUX INVESTISSEURS ET DE FAUX PERMIS DE CONSTRUIRE ET CHACUN A EU SA PART DU GATEAU

A entendre l’entourage de l’ex-wali qui scande le projet du parc d’attraction de Kharrouba ’’ bravo Mr le wali, voilà un projet du siècle et unique en Algérie, ’’j’ai cru moi aussi au père ‘’Noël’’, mais hier, lors de ma sortie avec l’actuel wali de Mostaganem, lors de sa visite d’inspection au parc de Kharrouba, ma surprise était grande quand j’ai constaté le crime organisé contre l’investissement en direct : une vraie ‘’chakchouka’’.
Des patrons de restaurants sous enquête policière pour faux permis de construction bénéficient de grands espaces de terrains pour construire des restaurants et des hôtels, et des sociétés ‘’promotionnelles’’ se reconvertissent dans le tourisme et tirent parti du jeu pour acquérir des terrains afin de construire des hôtels avec des permis de construire douteux ! Encore un autre scandale qui s’ajoute aux scandales de l’ex maire. Explication :



Vraiment , j’ai eu de la pitié pour le nouveau wali Monsieur Temmar Abdelwahid, qui à peine, il a mis les pieds sur le sol de Mostaganem , il s’est heurté à des centaines de problèmes, les scandales de la gestion des communes et l’absence totale de certaines directions censées  gérer les affaires quotidiennes de la wilaya , ainsi que la complicité flagrante de certains cadres qui se sont enrichis au détriment du développement local. Des faux permis de construire délivrés au premier venu qui paye plus , des terrains distribués à de faux investisseurs par favoritisme et des grands marchés  de’’ luxe’’ estimés à des centaines de milliards  lancés au ‘’PIF’’  obligeant aujourd’hui le wali à les achever malgré lui dans l’intérêt public et aussi pour préserver l’argent de l’Etat. Les projets de réalisation du parc d’attraction de Kharrouba à plus de 70 milliards, l'électrification de la ligne ‘’Mostaganem- Sidi Mansour’’ sur un tronçon de 35 km estimée à plus de 18 milliards, monopolisée par une seule entreprise et les aménagements des jardins et ronds-points et également les jets d’eaux  qui ont couté à la ville de Mostaganem plus de 50 milliards, ne sont qu’un petit exemple parmi les dizaines de projets qui ont vidé les caisses du trésor public et ce, au moment où le pays traverse une crise financière. L’ex wali qu’a-t-il laissé au nouveau wali pour réaliser son programme de développement ?  Mostaganem, n’a pas de chance, un jeune wali fraichement nommé, armé de bonnes idées et d’enthousiasme, et des caisses à moitié vides qui ne peuvent concrétiser le rêve de monsieur Temmar et les mostaganémois !
Par nécessité, et par devoir de presser les citoyen à soutenir le wali dans sa mission de rétablir le développement, j’ai cru indispensable d’étaler les problèmes qui entravent  l’avancée du développement à Mostaganem , mais revenant à la visite du wali pour s’enquérir de près sur les magouilles et l’investissement ‘’clochardisé’’ à Mostaganem, lancé au parc d’attraction de Kharrouba, et qui ne reflète que la face cachée d’un investissement  de ‘’souk’’.
 
Un autre sacandale de faux permis de construire et des questions !
Sur place, dans le site du fameux projet du parc d’attraction de Kharrouba, en colère, le wali de Mostaganem, s’est révolté contre cette anarchie qui régit le projet :’’ je vous donne six mois, je dis bien six mois, pas un jour de plus, pour terminer le projet’’ s’est opposé le wali Temmar à toute éventualité d’allonger les délais de réalisation du projet. ‘’ C’est vous qui vous avez accepté d’investir dans le domaine de l’hôtellerie et la restauration, et c’est à vous de vous débrouiller pour terminer votre projet dans les délais ‘’, a répondu le wali au gérant de l’entreprise de ‘’Heniene’’, entreprise de réalisation d’un hôtel, plus ‘’manège’’,   qui prévoit dépasser les délais vu le gros équipement prévu pour la réalisation de son investissement.
A la question du wali, adressée à l’entreprise Heniene, est-ce qu’il est en possession d’un permis de construire pour la réalisation de son hôtel à quatre étage, le gérant a répondu affirmativement qu’il a un permis de construire. Reposant la  même question au directeur de l’urbanisme présent dans la délégation, le DUC prend  note de la demande du wali et révèle qu’il va confirmer et il doit s’informer auprès de son département  pour certifier l’authenticité de ce permis de construire. Enfin, le wali était clair dans sa décision, s’il s’avère que promoteur n’a pas de permis de construire, il annulera le projet et restituera la parcelle du terrain.
 Devant cette scène de confusion, le wali répliqua : ‘’j’en ai assez de vos scandales, j’espère qu’il ne s’agit pas encore d’un autre faux permis de construire !’’
 Sur ce sujet, le journal de Réflexion  n’a pas perdu de temps pour éclairer cette zone d’ombre , contactant sur le champs , ses sources auprès de la direction de l’urbanisme (DUC), ses dernières confirment officiellement que la DUC n’a signé aucun permis de construire pour Heniene concernant la construction d’un hôtel (R+4) au parc d’attraction de Kharrouba , se confirme ,ainsi , les rumeurs concernant la circulation de plusieurs faux permis de construire  et que l’enquête menée par la police déclenchée sur le fameux dossier des trois faux permis délivrés au patron du restaurant ‘’Royal’’ et qui a couté la tête du maire et de trois fonctionnaires de la commune ,s’est étendue vers d’autres dossiers, le cas du projet de 124 logts , un autre dossier inconnu jusqu'à ce jour, dont nous y reviendrons pour plus de détails prochainement.
   
Des investisseurs épinglés pour ‘’faux’’ jouissent de leur part du gâteau au parc de Kharrouba !
Avec la complicité des anciens responsables de la wilaya et de la commune de Mostaganem, le patron du restaurant ‘’Royal’’ a bénéficié d’un terrain de plus de 1321 m² au parc de Kharrouba pour construire un restaurant ‘’Royal’’ +parking au sous-sol et un hôtel touristique. Ce même individu, rappelons qu’il a été entendu par la police dans l’affaire de la délivrance de trois faux permis de construire , octroyés par l’ex-maire, à son profit pour la construction d’un hôtel et autres réalisations sur un terrain communal. Notons que le site où se trouve le restaurant ‘’Royal’’ mitoyen avec le musée du Moudjahid sur la route d’Oran, est un bien de la commune et que ce dernier bénéficié seulement d’un contrat de location réglementé par un cahier des charges le limitant à verser, 12 million de cts par mois à l’APC (droit de location) , pour exploiter la cafétéria. Ainsi, dans la foulée , il a construit une salle de fêtes qui a été régularisée par l’ex-APC, sans délibération ou modification du cahier  des charges pour surélever  le loyer, en prenant compte que la salle des fêtes est louée aux mariages à  plus  de 10 millions de cts la nuit.

Un parc d’attraction ou un village touristique !
Ce qui est incompréhensible dans ce fameux projet du parc d’attraction  est que la majorité des constructions retenues axent vers l’ hôtellerie, à part quelques diversités, comme celui du projet de la réalisation d’un restaurant asiatique,  d’un aquaparc où d’un Karting +bowling , la majorité des acquéreurs de terrains ont soutenu leurs réalisations par la construction d’un hôtel, évidemment, sur un site comme ‘’Kharrouba’’ qui fait face au littoral, ce n’est pas la visite des animaux ou la restauration qui va rapporter la grosse cagnotte, mais c’est hôtellerie, si on se réfère au cout de la chambre qui dépasse les 15 000DA par nuit durant la saison estivale.
Notons que  les projets d’investissement inscrits au parc de Kharrouba examinés hier par le wali, et dont la majorité  trainent encore, sont comme suit : 1 - projet de réalisation d’un manège + hôtel R+4, entreprise réalisatrice EURL Bouzor - Henien Habib, 2 - réalisation d’un restaurant ‘’Royal’’ au parc Kharrouba +parking au sous-sol+ hôtel touristique- Berrahil Med, 3- Pêcherie parc Kharrouba- entreprise Hamida Ali, 4-projet de réalisation d’un aquaparc, un hôtel et un complexe sportif- société promotion Sarl Montana , 5- Karting +bowling R+1-
Abdessatar Ghali , 6- Restaurant Asiatique- EURL Assam Garam.
Enfin, la distribution des terrains au parc d’attraction de Kharrouba est une vraie mascarade et une ’’chakchouka’’, bien préparée par les ex-responsables de la wilaya, au détriment des vrais investisseurs mostaganémois avec bien sûr la complicité des élus de Mostaganem.

 

Riad
Mardi 15 Septembre 2015 - 19:42
Lu 10141 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+