REFLEXION

LE PROCUREUR GENERAL DE LA COUR DE MASCARA A « REFLEXION » : Les reforme s’exécutent dans la transparence

Depuis l’an 2004 le procureur général de Mascara, M. Masmoudi, l’un des piliers de la résonne, à l’image de M. Saâdallah, procureur général d’Oran et de M. Bagdad Makhlouf, procureur général de Mostaganem, dirige la vaste cour et les six tribunaux de la wilaya de Mascara dans la transparence la plus totale.



Il trace sa voie entre le respect du droit qu’il aime, la loyauté  au pouvoir qui la légitimé et surtout le suivi de l’application de la réforme judicaire. Etre au service de l’Etat et du justiciable, c’est son amour patriotique. Un cap difficile à gérer et à tenir, en ce moment, où les regards de l’opinion  sont de plus en plus sceptiques sur l’indépendance de la magistrature. Ce pendant il relève le défi, affronte les difficultés et réussit à incarner le respect et l’application de la loi, en plaçant des magistrats ouverts, honnêtes, tels que le président du tribunal Ouchafa, le procureur de la république Djelloul et tout un ensemble dévoué pour faire face, tels que Yazid, Aïchouba, Derfouf, Selmane, Driss à la lute contre la corruption, et à l’impunité ! Lors de son dernier passage àMascara, le ministre de la justice, garde des sceaux, a taré déloge Mascara, Oran, Mostaganem. La justice, c’est  une question d’hommes et de femmes, tout en sachant que des fois, il y a des  erreurs, des dépassements dus à certains experts, huissiers et juristes mais le procureur général veuille  et se manifeste dans un entretien. Le procureur général, dans la transparence totale : « je vous invite en tant que journaliste à visiter la cour, les tribunaux, assister aux audiences et faite le constat vous-mêmes, avant d’ajouter : la reforme de la justice est en cours, des changements s’effectuent dans la transparence la plus  totale. Un centre de détention conformément aux normes internationales sera bientôt  opérationnel. Des instructions avec la président de l’institution ont été données à tous magistrats pour le traitement des procédures judicaires dans le respect des délais, c’est notre cheval de bataille, dira le jeune et hadj procureur général. La dignité humaine sera respectée ! On  veille au perfectionnement des magistrats et des greffiers qui suivent des cours et des stages, également à l’amélioration de la condition des détenus, selon les normes et le respect mutuel, cours, soins, restauration, l’accueil des citoyens, la délivrance des documents, l’orientation des justiciables vers les médiateurs, le respect pour les plaintes, le jugement avec une plus grande  célérité. »  « La justice, ajoute notre interlocuteur,  s’exercera sans entrave et l’époque de  l’impunité révolue ». Visitez et faites le constat.  Il existe des dispositions relatives à la peine de travail d’intérêt général alternatif à la peine de prison ferme contenues dans la loi n 09-01 du 25-2-2009 modifiant et complétant l’ordonnance n° 66-156 du 8-1-1966. Elle est opérationnelle, de même que le nouveau code de procédure civile et aussi la révision du fonctionnement du tribunal criminel confié à un doyen des magistrats M. Nadjar. Pour la rééducation et la réinsertion le  détenu sort de l’ombre. Vu  le contact et  le témoignage, les recommandations sont appliquées. A ce titre, le D.G. de l’institution  pénitencière, M. Felioune Mokhtar, touché par nos soins affirme sa satisfactions et sa fierté pour Mascara. Dans ce secteur un effort particulier a été consenti avec un  arsenal déployé. Le pari est gagné à 90 %.                                             

dsci0886.jpg DSCI0886.JPG  (97.89 Ko)


B. Tamer
Mercredi 19 Janvier 2011 - 23:01
Lu 1180 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+