REFLEXION

LE PRIX DU MOUTON FLAMBE: Des familles se rabattent sur les abats à Mostaganem


A quelques jours de l’Aïd El-Adha, les marchés à bestiaux, tout comme les fermes d’élevage et ‘’zeribates’’ à travers tout le territoire de la wilaya de Mostaganem, connaissent des rushs de citoyens désireux d’acheter leurs moutons afin d'éviter les déboires des achats de dernière minute.



Cependant, nombreux sont ceux qui repartent bredouillent face à la cherté du mouton .D'ailleurs si on se fie aux commentaires, beaucoup de familles mostaganémoises ont décidé de ne pas faire le pas cette année. “Je n’ai pas les moyens pour l’achat d’une bête à 35 000 DA”, confie un retraité de l’administration. D'autres, affirment  citoyens rencontrés sur les lieux racontent qu'ils vont se contenter de l'achat de dindes pour fêter L'Aid .Sur les différents  souks et points de vente les prix oscillent entre 35.000 et 60.000 DA . Même le prix de la viande ovine  est devenu inaccessible pour les familles de petite bourse  du fait qu'il est cédé à 1400 DA/kg chez les bouchers. À quelques jours de l’Aïd El-Adha, les familles mostaganémoises sont complètement désabusées face aux prix affichés. Selon des éleveurs le prix du mouton, est plus élevé que celui de l’année dernière. La hausse dépasse les 60.000 DA par tête par rapport à l’année dernière. Pour un mouton de 30 kg, il faut compter  plus de  45.000.”, Notre interlocuteur, éleveur  du Dahra poursuit : “Les raisons sont claires. D’abord le prix de la viande chez le boucher  taxé à 1400 DA/kg,  est une assurance pour les éleveurs, à cela s'ajoute la hausse des prix de l’aliment de bétail, l'orge et le fourrage. Le bélier, bête prestigieuse aux cornes bien montées, se négocie entre  55.000  et 65.000 dinars. Les maquignons qui sont la cause de la hausse des prix  sont très nombreux, mais les acheteurs ne se bousculent pas trop, car les prix proposés ont réussi à refroidir les ardeurs des acheteurs les plus téméraires des pères de familles aux bourses amoindries. Ils vont certainement renoncer cette année au mouton pour se rabattre sur un peu de viande et des abats, dira un éleveur de la région d'Achaacha. A noter que cette année de nombreux vendeurs d'ovins se sont approvisionnés à El Bayadh et à Saida .Rares sont les éleveurs locaux  qui animent les marchés à bestiaux.

B.Houssem
Dimanche 28 Septembre 2014 - 19:28
Lu 617 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+