REFLEXION

LE PRESIDENT DE L’APW DE MOSTAGANEM M. KETROUSSI BOURAS AU FORUM REFLEXION : ‘’Mostaganem est devenue une capitale économique ‘’

Le Président de l’APW de Mostaganem, M.Ketroussi Bouras, a révélé lors de son passage au forum du journal ''Réflexion'' lundi 8 juin 2015 que Mostaganem a connu ces dernières années un «grand bond économique »et de grandes avancées en matière de développement durable dans tous les secteurs. «Depuis sa désignation à la tête de la wilaya de Mostaganem, M.Maâbed Ahmed, a opté pour un développement durable et a intégré cette notion à l’ensemble de ses dépendants publics ». «Dans le cadre de la croissance et le développement économique de la wilaya, je peux dire que beaucoup de choses ont été faites, Mostaganem est devenue la première destination touristique d’Algérie et un pôle économique moderne et dynamique, ce n'est pas pourjeter des fleurs au Wali, mais c’est la vérité absolue », a-t-il conclu.



Les autorités locales font de leur mieux pour devellopper  Mostaganem, selon le P/APW
Avec une vision pleine d’idées et de projets. À la tête de l’Assemblée Populaire de Wilaya, le P/APW M. Ketroussi Bouras ,veille à l’application des décisions prises par le wali concernant les projets et met en œuvre une politique régionale de jeunesse en favorisant les disciplines sportives et culturelles tout en gardant l’œil sur le tourisme par la réhabilitation des sites à visiter.Les autorités locales donnent une priorité aux secteurs dits névralgiques pour être constamment suivis et développés tels ; l'hydraulique moteur très important pour le développement économique et agricole de toute la wilaya. Notre département est alimenté en eau potable grâce à deux grands réservoirs stratégiques dans notre mission de mobilisation de la ressource hydraulique ; les barrages situés  à l’Est, (Kramis et Kerrada) ainsi que la station de dessalement d’eau de mer sise à la plage de Sonaghter (Commune de Mostaganem). Actuellement le volume global d’approvisionnement en eau potable est de 300 millions de m3 et nous aspirons à atteindre un taux de couverture hydraulique de 99% d’ici fin 2016, ce qui représente le ‘’top’’ en matière d’alimentation en eau. Mostaganem est leader national avec ce taux car nous enregistrons un excédent important en ressource hydraulique ce qui nous permet d’exporter le surplus d’eau vers les régions d’Oran et Arzew en application du programme du M.A.O. Les chiffres de février 2015 approuvés par le Ministère des Ressources en Eau prouvent et attestent de cette bonne situation hydraulique dans notre wilaya. En marge d’une visite d'inspection de plusieurs plages de la wilaya Mostaganem, le wali a indiqué que près  d’un milliard  de DA est consacré  à l’aménagement des plages de la wilaya en prévision de la saison prochaine.  Les actions d’aménagement portent sur la réalisation d'accès aux plages, de l’éclairage public, de parkings, de douches, de kiosques, de postes en préfabriqué pour la gendarmerie nationale et la protection civile et d'aires de repos et de jeux pour enfants, a-il-expliqué.
L’aménagement d’oued Aïn Sefra, le défi qu’il faut relever
 Le P/APW a estimé que l’aménagement de l’oued AïnSefra qui traverse le centre-ville de Mostaganem, sur 5,2 kilomètres dont le projet a été inscrit dernièrement dans le cadre du programme complémentaire est primordial pour la ville. La réalisation d’une conduite principale aux abords de l’oued pour l’évacuation des eaux usées vers la station de pompage et ensuite la station d’assainissement de la Salamandre. L’aménagement de production d’eau Chéliff-barrage de stockage Kerrada-Station de traitement et adduction du couloir Mostaganem – Arzew – Oran, (M.A.O) en vue de transférer 155 millions de m3/an, pour l’alimentation en eau potable du couloir Mostaganem – Arzew – Oran.L’aménagement d’oued AïnSefra, le défi qu’il faut relever
 Le projet en question a été lancé officiellement par la commune au début du mois de septembre 2013, si on se réfère à l’avis d’appel d’offres restreint lancé par l’APC en date du 16 mai 2013 sous le N° :13/2013 , et le feu vert donné par la commission de délibérations des marchés publics , qui s’est réunie en date du 29 août 2013 pour approuver ce fameux projet et fixer le délai de réalisation des travaux qui est de 138 jours.Or,  huit (08) mois sont passés, et nous constatons que cet illustre chantier attribué à l’entreprise, Ansor A/Rahmane et qui est estimé à peu près égal à deux milliards de cts, soit exactement 19.823.895,00 DA, est pratiquement mené à pas de tortue pour ne pas dire au « rythme d’escargots ».La mare à canards, la fameuse cascade, les aires de jeux, le boulodrome, le grand jet d’eau avec pergola et jeux de lumières, les pelouses gazonnées, les bancs jouxtant les balises, candélabres et lampadaires, les arbres d’ornements exotiques, les allées carrossables et piétonnières en béton imprimé  et les toilettes publiques ultramodernes ne seraient qu’une grosse «intox pour une campagne électorale  municipale» et qu’hélas, la cérémonie de réception de notre jardin «Emir Abdelkader» est remise aux calendes grecques. Pour une enveloppe initiale de plusieurs milliards de centimes, on risque de voir sa valeur réévaluée en défaveur du contribuable et ce sera au trésor public de payer la différence. « Ne serait-ce pas là la forme d’une  gestion douteuse qui ne dit pas son nom?» rétorquera Mr. L.H., un retraité présent sur le site et fin connaisseur de ce genre de réalisation. Tous les projets inscrits sur la maquette initiale, ont été remodelés au gré du bon vouloir et l’on constate que le petit théâtre de verdure a sauté du paysage pour être remplacé par une seconde «placette BenyahiaBelkacem» qui sortira du périmètre du jardin. L’aire de jeux réservée aux enfants ne survivra pas plus de 6 mois, si nous constatons que les toboggans sont en matière plastique et de très mauvaise qualité, semblables à ceux qui ont été installés dans certains quartiers et qui n’ont malheureusement pas survécu. La montagne qui accouche d’une souris en somme.
Le futur parc d’attraction de Kharrouba, un grand espace de loisirs pour les mostaganémois
 À ce sujet le président de l’APW M. Bouras Ketroussi, qui avait accompagné mardi, le wali de Mostaganem dans une visite au niveau du parc d’attraction de Kharouba à Mostaganem, n’a pas trouvé de mots pour commenter ce grand projet de rêve que de nous répéter, les paroles du  wali de la wilaya de Mostaganem, M. Ahmed Maâbed  , dites sur les lieux : « Nous allons transformer Mostaganem en un paradis avec ce gigantesque investissement».  « Premier du genre dans la région de Mostaganem, le parc de Kharouba va être un pôle touristique par excellence, qui accueillera des milliers de citoyens estivants et touristes » avait dit le wali, devant une dizaine de personnes qui l'accompagnaient.
Ce projet qui s’étend sur une superficie de 54 hectares, s'inscrit parfaitement dans la vision moderniste, visant à ériger la ville de Mostaganem au rang des grandes métropoles du bassin méditerranéen, elle englobe un parc zoologique et un autre espace de loisirs et d'attractions disposant de jeux divers. Le parc va disposer de divers animaux rares à l’image des tigres blancs ,et d’autres animaux carnivores,  et en ce qui concerne nos  enfants , ils auront bientôt leur propre espace de jeux particulièrement un  manège, ce parc dispose en plus d'un lac et d'étangs artificiels, un  espace boisé et d'autres espaces verts au grand bonheur des familles, ainsi que des aires de divertissement pour enfants et douze terrains de proximité pour les sports collectifs, il dispose également  d’une maison d’associations, un théâtre à ciel ouvert, d'une capacité de 3500 places, un terrain pour les sports équestres, un village commercial, avec boutiques pour divers commerces, des cafés, des restaurants, et d'un hôtel 4 étoiles, qui abritera 250 chambres et un autre de 5 étoiles qui sera composé de 350 chambres , il a été prévu aussi la réalisation d’ un aquarium qui s'étalera sur une superficie de 12 hectares, des aires de jeux pour enfants, une piscine avec des vagues de 1,5 mètre, des bassins pour les jets skis géants avec un espace réservé pour les jeux mécaniques. Pour rappel , les travaux de la première tranche de ce projet ont été confiés à cinq entreprises qui portent sur l'aménagement et la réalisation des réseaux d'alimentation en eau potable, d'assainissement sur 15 kilomètres et de gaz de ville, ainsi que l'aménagement d'un parking d'une capacité de 4500 véhicules. Cette visite s’est clôturée par une  petite pose  de café autour d’une table qui a rassemblé le wali et son exécutif. Lors d’une visite entamée hier mardi au niveau du parc d’attraction de kharouba, monsieur le wali de la wilaya de Mostaganem, M. Ahmed Maâbed en présence du président de l’APW M. Bouras Ketrouci, ainsi que les membres de l’APW et les directeurs exécutifs a inspecté les travaux de visu et s’est engagé personnellement à veiller à l’avancement des travaux en cours régulièrement.
La nouvelle zone industrielle d’El Bordjia, 700 hectares à exploiter
Le projet de création d’une zone industrielle à Bordjia dans la commune d’El Haciane s’étend sur 200 hectares  extensible à 700 h avec un aménagement de l’étendue sous la tutelle de la Direction de l’Industrie, la zone industrielle « El Bordjia », sise dans la commune d’El Haciane revêt une grande importance, vu l’afflux des investisseurs qu’elle connaît dernièrement, ce qui a poussé les autorités locales, en premier lieu, la Direction de l’Industrie et duTourisme à faire des efforts pour aménager cette zone avec des services et des installations nécessaires pour la réalisation des différents projets,  à savoir : le réseau  électrique et de gaz, l’alimentation en eau, le téléphone, l’Internet ainsi que les routes. El Bordjia renferme plusieurs hectares permettant à réaliser ces projets.  Dans ce cadre, la commission de wilaya a reçu plus de 700 demandes d’investissement dans cette zone  dont 70 demandes  seulement ont été acceptées, ce qui a poussé les responsables  locaux à demander  au gouvernement  son extension de 200 ha actuellement à 700 ha, car les demandes des investisseurs requièrent 400 ha pour la réalisation de leurs projets. Parmi les projets que comptent réaliser ces investisseurs on note les industries alimentaires et de transformation. Les autorités locales comptent sur cette zone pour pousser le développement local de la wilaya de Mostaganem. À noter que la zone d’« El Bordjia » est parmi les 49 zones  recensées au niveau national, et qui a été incluse dans la loi de finance complémentaire de 2011. Sur 199 investisseurs ayant obtenu des terrains et des accords pour créer des activités industrielles à Mostaganem,  seuls 78 se sont réellement installés, au 31 décembre 2012, générant 2 428 emplois, selon la direction de l’industrie, de la petite et moyenne entreprise et la promotion des investissements.Une enveloppe de 220 milliards de centimes est consacrée pour l’aménagement de 8 zones d’activités industrielles réparties à travers la wilaya de Mostaganem. Dans ce contexte, des études techniques seront menées par des bureaux d’études pour leur aménagement. Par ailleurs, la zone de Souk Elil fera également l’objet d’un aménagement qui sera financé par le ministère de tutelle. Ceci étant, la wilaya de Mostaganem compte 6 211 PME actuellement en activité, employant 38 816 travailleurs. Dans les deux zones industrielles de Fornaka et Mesra, totalement aménagées avec les réseaux d’AEP, assainissement, électricité, téléphone, l’éclairage public, les routes, le gaz, des assiettes foncières de 16 hectares ont été restituées, selon le directeur de l’industrie. L’on saura par ailleurs qu’une zone industrielle de 200 hectares sera créée à Bordjia, commune d’El Haciane. C’est l’Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncière (ANIRF) qui se charge du rôle de médiation dans la prospection des assiettes foncières en vue de l’implantation des nouvelles zones industrielles dans les régions et wilayas du pays.
La forêt de Safsaf, élevée comme réserve naturelle de la wilaya de Mostaganem
Le volet touristique du type tourisme forestier est boosté par la promotion de la plus grande forêt de la wilaya située dans la daïra de Bouguirat qui est appelée à contribuer positivement dans la valorisation des étendues vertes (poumons écologiques) de la wilaya.  Ces endroits privilégiés de la nature étaient dans un certain temps  hélas menacés par les  risques permanents d’incendie, ainsi que l’érosion du sol, de  l’augmentation des ordures qui provoqueront une déforestation si un plan de prévention et d’intervention nécessaire ne sont  pas mis en place nécessitant une vigilance accrue par des gardes forestiers se relayant jours et nuits. Ce massacre constaté est le résultat de quelques inconscients qui ne mesurent pas la gravité et l’énormité de la catastrophe écologique, par leurs comportements inciviques et irresponsables, dont des délinquants et des ivrognes qui trouvent leur bonheur dans ces endroits privilégiés. Et c’est à cet effet que les autorités concernées doivent prendre en  considération ces constats et qui ne contribueront qu’à nuire le patrimoine forestier, véritable réserve d’oxygène qui nous permet d’exister en tant qu’être vivants.       


 

AS. Mohsen
Mercredi 10 Juin 2015 - 19:40
Lu 2502 fois
Forum de Réflexion
               Partager Partager






Edition du 18-05-2017.pdf
3.14 Mo - 17/05/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+