REFLEXION

LE PRESIDENT BOUTEFLIKA A TORONTO : Que feront les pays riches pour les pauvres !?



LE PRESIDENT BOUTEFLIKA A TORONTO : Que feront les pays riches pour les pauvres !?
Le président Bouteflika à Toronto , c’est là une autre facette de la démarche des décideurs du monde, le groupe des huit qui consiste à élaborer une plate forme, toujours la même avant l’économique, Pour les G.8, combattre le terrorisme dans le monde. alors que c’est eux les auteurs et les amplificateurs des guerres menées en Irak, en Afghanistan et contre les Palestiniens de Ghaza, on les entends jamais exiger d’Israël la levée du blocus sur Ghaza ni approuver le retrait immédiat des terres occupées en 1967. Bien que Barak Obama lors de sa campagne avait promis de retirer ses troupes de l’Irak et d’Afghanistan, une arrivé à la Maison Blanche il a changé d’avis, ce changement d’avis coûte aux troupes de l’Otan des pertes quotidiennes en vie humaine. Quant au volet économique, la réalité des G.8 est une autre chose ces pays riches touchés par la récente crise économique, s’emploient à trouver la solution qui marche avec leurs propres intérêts. La crise mondiale les a amené à des révisions déchirantes à voir les graves manifestions dans le monde contre le G.8 prouvent le libéralisme sauvage de ces quelques pays pour entraîner les pays en voie de développement de leur « céder leur bien » C’est pourquoi de tel envahissement dans les pays africains sous la couverture d’investissement et autre titre. Même la Grèce qui fait partie de l’union européenne a été finalement lâchée par les bailleurs de fonds. L’Algérie est également soucieuse d’assurer sa sécurité alimentaire. C’est pourquoi l’agriculture continuera à bénéficier d’un soutien conséquent pour que les programmes successifs de développement agricole mis en œuvre depuis une décennie puissent porter pleinement leurs fruits. Mais l’effacement des dettes n’a pas touché certains agriculteurs qui croyaient aux différents discours.Cependant les réformes menées par le Président Bouteflika depuis son accession au pouvoir ont permis néanmoins d’assainir le cadre de l’activité politique, économique ainsi que celui du dialogue social dans le pays. Elles ont aussi permis de dégager les ressources qui ont été investies dans les programmes de reconstruction successifs sur fonds publics : 3O milliards de dollars de 2001 à 2004, 150 milliards de dollars de 2004 à 2009, et aujourd’hui, le lancement d’un nouveau programme d’investissements 2010-2014, doté de 286 milliards de dollars. Mais l’inflation et le pouvoir d’achat d’une majorité laissée pour compte, demeure une grave préoccupation, surtout après la hausse des prix des produits à large consommation. Le cas du prix du sucre, alors que dans le monde son prix a baissé sans que cette application ne touche le consommateur algérien. La suite est connue par les lecteurs.

Ben Brik
Lundi 28 Juin 2010 - 11:17
Lu 276 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+