REFLEXION

LE PILLAGE DE SABLE N’EPARGNE PAS LES OUVRAGES D’AEP ET D’ELECTRICITEQU’IL FRAGILISE :Qui stoppera l’éventration ?

Le pillage de sable continue au niveau des plages de Ain Ferranine dans la commune de Gdyel et ce, au vu et au su de tout le monde. Pourtant, l’activité est interdite.



LE PILLAGE DE SABLE N’EPARGNE PAS LES OUVRAGES D’AEP ET D’ELECTRICITEQU’IL FRAGILISE :Qui stoppera l’éventration ?
L’on se rappelle, d’ailleurs, cette vague d’arrestations dans la wilaya d’Oran, il y a à peine quelques années. La population locale avait, alors, poussé un grand ouf de soulagement croyant le désastre dont était victime l’ensemble des plages de la côte  Est d’Oran.Il s’est avéré, cependant, qu’il ne s’agissait que d’un coup d’épée dans l’eau. L’opération n’ayant finalement pas duré dans le temps. Force est de constater, en effet, que l’activité a repris de plus belle. Elle a pris, au fil du temps, des proportions alarmantes. Ne se contentant pas de défigurer affreusement l’oued, les engins n’épargnent même plus les ouvrages d’AEP et d’électricité. “Durant la journée, c’est de simples manœuvres qui essayent de gagner leur vie avec des pelles, mais le grand massacre, c’est à la tombée  de la nuit. Toutes ces plages avec les nombreuses pelles mécaniques et autres lourds engins qui éventrent lanappe dans le noir”, raconte un habitant de la localité d’Ain Feranine. L’on se rappelle « cet incident », pas très lointain dans le temps, qui avait endommagé un forage, privant du coup l’ensemble des villages de kristel et Ain Feranine d’eau potable, pendant plusieurs jours durant l’été 2009. Du côté d’El Macta, comme à l’Est vers Sidi Mansour, des ponts qui ont coûté des sommes colossales à l’Etat se sont retrouvés fragilisés. Les travaux de consolidation de celui de Mers ElHadjadj sont d’ailleurs toujours en cours. Mais, cela n’aura finalement pas servi de leçon aux responsables du secteur, et aux pouvoirs publics d’une manière générale, puisque l’activité d’extraction du sable, décrétée pourtant illicite (tant pis pour la répétition), ne semble pas les inquiéter pour autant.  Cette semaine encore, la conduite principale desservant le village de Kristel a été carrément cassée en deux,privant ainsi le village, durant plusieurs jours, de ce précieux liquide, surtout en ces temps de chaleurs qui s’installent déjà. Plusieurs autres ouvrages et conduites d’AEP, complètement dégarnis par les engins qui ne cessent de creuser les alentours, menacent de céder à tout moment. Des conduites se sont carrément retrouvées suspendues à des mètres de hauteur, alors qu’elles étaient auparavant enfouies sous terre. Des poteaux électriques, dont les assises ont été sensiblement fragilisées, ne cessent de s’incliner… Ce triste décor n’arrête pas de se noircir davantage en raison de l’inconscience des gens qui s’aventurent dans une activité d’extraction de sable nocive et dangereuse, mais aussi des autorités qui ne daignent pas réagir. En quête de sable, cédé à des prix exorbitants avoisinant les 2000 dinars pour une benne à tracteur, les pilleurs creusent, anarchiquement et sans état d’âme, même audessous des tuyaux du réseau d’eau potable et aux alentours des pylônes électriques. Des tuyaux de conduites AEP, qui se retrouvent suspendus en l’air sur plusieurs mètres de surcroît, on en voit partout le long de cette rivière. Idem pour les poteaux électriques qui donnent l’air de n’avoir pas de consolidations. Ces ouvrages risquent de s’écrouler et de céder au moindre incident. Ils sont, en effet, exposés aux risques d’effondrement. Il ne faudrait donc pas crier au scandale, si un jour toute une région de la vallée de Mers El Hadjadj, et d’ailleurs, puisque ces conduites alimentent également d’autres contrées de la wilaya d’Oran, se voient privées d’eau. La même menace guette également le réseau d’électricité qui est loin d’être à l’abri. Sinon, l’oued en lui-même, semble lancer un véritable cri de détresse, lui qui a subi les affres de cette activité depuis des années. 

Rafik.M
Lundi 5 Novembre 2012 - 01:00
Lu 224 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+