REFLEXION

LE PARTI DE SAID BOUTEFLIKA EST EN BONNE VOIE : Il a reçu l’aval des patriotes, et de plusieurs Organisations Nationales



LE  PARTI  DE  SAID BOUTEFLIKA EST EN BONNE VOIE : Il a  reçu l’aval des patriotes, et de plusieurs Organisations  Nationales
Les informations relatives à la création d’un nouveau parti politique en Algérie, sous la Présidence de Monsieur Saïd Bouteflika, jeune frère du Président de la République, se confirment en ce début d’automne.
Déjà, en été dernier, des voix se sont élevées à tord et à travers signalant l’arrivée de ce nouveau né dans la vie politique du pays. Ces voix qui ne cessaient de faire face à la caravane qui passait dénonçaient selon eux « l’héritage de la Présidence » faisant l’amalgame avec ce qui s’est passé en Syrie, ou celle du pouvoir actuel égyptien, dont le Président Moubarak souhaiterait voir son fils Djamel à la tête du pays, alors que le Président Abdelaziz Bouteflika, lui-même n’a jamais apprécié l’idée de la création de ce parti politique par son jeune frère. Ni même avoir pensé un jour céder la Présidence à son frère après son départ, ou lui succéder.
Le Président Bouteflika, avait longtemps écarté toute idée de la révision de la constitution, ni se proposer pour un troisième mandat, si ce n’étaient les pressions multiples de certains influents de la scène politique qui l’on obligé à une reconduction pour un troisième mandat.
Quant à l’objectif de Monsieur Saïd Bouteflika, ce dernier est entrain de se constituer une base politique solide, d’ailleurs il aurait déjà reçu l’aval des patriotes, l’Organisation Nationale de défense des combattants du terrorisme qui est à ses côtés, des intellectuels et des universitaires, des moudjahidine fidèles à Âhd 1954. Un nouveau parti que veut créer Saïd Bouteflika, serait tout à fait transparent et ne serait certainement pas confectionné sur le modèle de certains partis dont l’opinion publique n’a cessé de dénigrer depuis leur création. L’Algérie de 2010 sera l’Algérie des changements, alors que, volens nolens, il appartient à toute la composante politique du pays de participer, avant qu’il ne soit trop tard. Déjà le citoyen ne demande que la paix et éviter la casse et autres manifestations à l’image de celle de Diar Echems à Alger, où la population est sortie pour exprimer son mécontentement, suivie par celle d’El Ançor prés d’Oran, les uns dénonçaient El Hogra, d’autres le pouvoir d’achat, les jeunes se jetaient en pleine mer, le chômage qui stagne, la cherté de la vie, l’éducation qui est malade… Faut-il encore noircir le tableau ? Certainement, on se poserait la question sur le refus d’agrément de certains partis politiques, alors que d’autres non.

A. Benbrik
Mardi 3 Novembre 2009 - 00:01
Lu 1894 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+