REFLEXION

LE PARCOURS DU COMBATTANT DE LA PRESSE : Les commandos de la plume affirment leur soutien au Président de la République

Certainement, la liberté d’expression est plus forte que l’emprisonnement et le muselage des journalistes. Ces derniers nous imposent de continuer à lutter pour éradiquer tous les ennemis de la presse.



LE PARCOURS DU COMBATTANT DE LA PRESSE : Les commandos de la plume affirment leur soutien au Président de la République
Notre Etat a mis à notre disposition tous les moyens légaux pour lutter en parallèle avec les services concernés contre les ripoux. Il y a de ces erreurs qu’un vrai combattant de la plume ne doit jamais commettre et de ces fautes qu’un stratège paye de la défaite la plus impitoyable. Une vrai coalition des ennemis de la presse basée sur la conjonction d’intérêts des rentes de situation acquises. Ont fait des ennemis de la patrie une machine lancée à grande vitesse dans une tentative de museler le journaliste. Agglutinés autour de certains « barrons » comme des rapaces aux serres aiguisées, ces ennemis, avides d’une miette ont tissé autours des corrumpus et délapideurs
Une couverture qui s’est transformée en article de code pénal : 144 et 144 bis.
Certains ont toujours refusé de s’attaquer aux responsables du marasme que connaît peuple et structure telle la presse. Bien sûr, il leur fallait d’abord vérifier notre degré de détermination, savoir si les démocrates et les patriotes avaient du sang dans les veines ou du jus de navet.. Il leur fallait aussi savoir quelle force il fallait imprimer à la poussée des ripoux pour barrer la route devant les investigateurs de la première et de la quatrième autorité du pays. Ils auraient même tenté de corrompre les soldats de la plume et les menacer pour qu’ils ne couvent pas les supers résultats des investigations sur le fléau de la corruption et dilapidation qui avaient gangrené le pays. Ils avaient même tenté de propager des rumeurs sur la Présidence de la République. Le combat contre ces rapaces est un combat politique complexe qui se joue actuellement à plusieurs niveaux. C’est au Président de la République que nous obéirons et que revient le soin de diriger ce combat et de cibler l’ennemi le plus dangereux qui fait obstacle à cette lutte contre la corruption et les transferts des capitaux et le blanchiment de l’argent…Ceux qui pensent que la presse n’est que parlote croient qu’il suffit de prendre un article pour museler la presse. Ceux-là ont une vision étroite du combat et ne peuvent nous mener qu’à la catastrophe. L’Algérie, et comme toujours, il n’y a jamais eu de demi-mesures. Notre pays sera le tombeau de cette maffia. L’enterrement a commencé. Que les curieux et les chercheurs de miettes se retirent. Ainsi dire, les commandos de la plume affirme leur soutien au Président de la République dans la lutte contre ripoux.

A. Ben Brik
Dimanche 16 Mai 2010 - 10:15
Lu 359 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+