REFLEXION

LE NOMBRE DES TRAVAILLEURS DEVRA ATTEINDRE LES 4.000 D’ICI 2013 : Prochain recrutement à L’EHU 1er Novembre 1954



LE NOMBRE DES TRAVAILLEURS DEVRA ATTEINDRE LES 4.000 D’ICI 2013 : Prochain recrutement à L’EHU 1er Novembre 1954
L’établissement hospitalier universitaire 1er novembre 1954, qui a été doté ces derniers mois avec de nouveaux services de médecine de pointe, a tracé un programme pour doubler ses effectifs d’ici début 2013. Dans le souci d’améliorer les prestations sanitaires pour les malades. De sources autorisées au niveau de cet établissement, en l’espace de trois années, le nombre de travailleurs de cet hôpital a été renforcé par 2.000 nouveaux travailleurs. La masse salariale a aussi progressé pour atteindre les 130 milliards de cts annuellement. La direction de cet établissement s’est fixée pour objectif de recruter près de 1.500 autres nouveaux employés dans les prochains mois. Ainsi, le nombre des travailleurs de cet établissement sera de 4.000 d’ici 2013. La direction de cet établissement a également lancé des sessions pour la formation de paramédicaux dans le but de mettre fin au déficit constaté dans plusieurs services. Les responsables de cet EHU ont programmé des cycles de formation de jeunes stagiaires sur les métiers les plus en tension en particulier les infirmiers et les aides soignants. 350 stagiaires ont été formés dans différentes spécialités. Les stagiaires ont suivi une formation de trois ans. Ils seront ensuite intégrés dans les services de cet hôpital. Il s’agit de 200 infirmiers diplômés d’Etat (IDE) et 150 ATS ou aides soignants. Les stagiaires ont été formés dans l’annexe de l’Institut technologique de santé publique (ITSP), ouverte au niveau de cet hôpital. Les stages de formation se poursuivront sur cinq ans pour en finir une fois pour toute avec le grave déficit constaté dans le secteur de la Santé. Il est prévu, au total, la formation de 1.000 élèves en sessions paramédicales au niveau des deux hôpitaux de la ville. Les structures sanitaires de la wilaya d’Oran souffrent d’une grave hémorragie de personnel médical qui altère la qualité de soins dans les établissements de santé publique. La cause est une concurrence acharnée des cliniques privées qui proposent de meilleurs salaires aux infirmiers, sages-femmes… et autres aides soignants.               

Medjadji H
Jeudi 29 Novembre 2012 - 00:00
Lu 400 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+