REFLEXION

LE MOIS DE CAREME S’ANNONCE TRES CHAUD A TIARET : Qui doit protéger le consommateur ?

La population de Tiaret et particulièrement la frange démunie souffre ces derniers jours des effets de la canicule qui sévit sur la région et de la flambée des prix des différents produits destinés à la consommation à l’approche du mois de carême.



LE MOIS DE CAREME S’ANNONCE TRES CHAUD A TIARET : Qui doit protéger le consommateur ?
Si la canicule est un phénomène naturel contre lequel on n’y peut rien, les prix peuvent être réglementés. Certains commerçants faisant fi des lois profitent de cette occasion pour en tirer profit et appliquent des prix inabordables par la classe moyenne. L’abricot sec est cédé à 1000 Da le kilogramme, la viande rouge frôle les 850 da le kilogramme, le prix des dattes a déjà dépassé 400 dinars. Le prix du sucre à 90 Da, les prix de l’huile de table et d’autres produits sont en augmentation et resteront hors de la portée de la majorité des habitants. Avec la libération des prix et la concurrence déloyale pratiquée dans le marché, les familles démunies en subissent les conséquences. Le marché informel évolue d’une manière vertigineuse au détriment du citoyen et des commerçants déclarés. Le contrôle portant sur les prix, la qualité et les factures concerne uniquement le commerçant détenteur d’un registre de commerce et qui paye ses impôts annuellement. Malgré tout cela, la devanture de son magasin est squattée par les vendeurs à la sauvette dans une impunité totale. Les services de la direction de la concurrence et des prix impuissants devant cette situation devenue d’ordre sécuritaire plus que commerciale. Le « tbesnis » n’a pas épargné l’opération du couffin de ramadhan destiné au nécessiteux. La distribution de ce quota des denrées alimentaires aux familles démunies se fait dans l’opacité permettant aux indus bénéficiaires d’en profiter. Selon une source fiable les bons de « kofet ramdhane » sont vendus dans la rue. Le citoyen sollicite l’intervention de qui de droit pour faire appliquer les lois de la république afin de protéger le consommateur contre la voracité et de réinstaurer la tranquillité sur la voie publique.



Fayçal
Lundi 25 Juillet 2011 - 09:51
Lu 361 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+