REFLEXION

LE MINISTRE DES FINANCES SUR LES ONDES DE LA CHAINE III : Le crédit au logement, une solution à la crise

Evolution, finie l’époque où les pouvoirs publics se chargeaient à eux seuls ou presque d’assurer au citoyen un logement.



LE MINISTRE DES FINANCES SUR LES ONDES DE LA CHAINE III : Le crédit au logement, une solution à la crise
L’Etat n’a pas à loger les algériens ! C’est ce qu’a déclaré le ministre des finances sur les ondes de la chaîne III, au cours d’une conférence de presse consacrée à la présentation de la nouvelle stratégie de gestion des dépenses publiques initiées par son département sur instruction de la présidence de la République. Plus explicite, le premier argentier du pays fera savoir que la part du logement social sera réduite progressivement dans la politique globale de l’habitat. En contre partie, l’Etat aidera les citoyens à se loger à partir de leur épargne » a-t-il ajouté. Finie l’époque où les pouvoirs publics se chargeaient à eux seuls d’assurer au citoyen un logement.

Certes, l’Etat continuera à loger les couches les plus défavorisées de la société, selon Karim Djoudi, mais cela se fera selon des critères plus rigoureux.
En d’autres termes le logement social sera de moins en moins accessible avec le réajustement prévu de la politique du logement. Pour compenser son recul dans le financement du logement social, L’Etat a pensé à mettre en place des mécanismes pour venir en aide aux citoyens en quête d’un logement. Outre les aides directes octroyées dans le cadre de l’auto-construction et de l’acquisition d’un logement neuf, des crédits logements de longue durée sont accordées depuis quelques années par certaines banques publiques dont notamment la CNEP, le CPA et la BDL. Pour autant, des citoyens considèrent ces prêts avec intérêts comme des « produits bancaires comme tous les autres » et non pas comme des aides de l’Etat. Toujours est-il que bien des familles ont pu résoudre leur problème de logement grâce à ces crédits. « De plus en plus demandés surtout par les ménages moyens qui n’ont aucune chance de bénéficier d’un logement social ». Selon des sources bancaires à titre d’exemple, la CNEP en a attribué au 31 décembre 2010 467434 contre environ 24000 pour le CPA entre 2004 et 2008. Avec la réduction annoncée de la part du logement social dans la politique nationale de l’habitat, le recours à ce genre de crédits « sera systématique pour de nombre ménages car ils n’auront pas d’autres alternatives », prévoit un banquier du CPAS qui précise que sa banque a attribué 44.000 crédits entre 2007 et 2010, et selon lui on ne prête qu’aux riches , les crédits proposés par les banques pour l’achat d’un logement sont « insuffisants » ce que racontent les banques n’et pas vrai. Elles ne financent pas à hauteur de 60,80 ou 90% l’achat d’un logement, en tout cas elles ne le font pas pour des personnes ayant un salaire moyen comme moi ». Chérif, qui s’exprime ainsi, cherche à acquérir un logement depuis des années pour cela il dit avoir « cherché partout et frappé à toutes les portes » en vain. l’ achèvement de la formule location vente initiée par l’AADL a suscité en lui beaucoup d’espoir. Je me suis dit que j’allais enfin avoir mon logement ». « Quand on m’a signifié l’acceptation de mon dossier j’étais fou de joie, croyez-moi, ajout-il. Mais après une longue attente, ce jeune de trente trois ans a fini par perdre espoir « cela fait plus de deux ans que j’attends le lancement du programme 2010 additif dont je fais partie pour avoir mon logement AADL je dois attende encore 3 ou 4 années si ce n’est pas plus. Alors autant laisser tomber et chercher ailleurs ». Toutefois en se présentant dans une agence bancaire pour se renseigner sur les modalités à suivre pour bénéficier d’un crédit logement, Chérif a été une fois de plus déçu «on m’a dit que mes revenus mensuels qui sont de l’ordre de 22.000 DA ne me permettaient pas d’accéder à un crédit supérieur à 50 millions de centimes pour un logement qui coûte 250 millions. Supposons que la caisse nationale du logement m’accorde 50 millions de centimes comment dois-je faire pour trouver le reste ? Karim, pour sa part, pense que les crédits préposés par les banques pour l’achat d’un logement sont loin d’arranger les bourses moyennes, « je vais vous citer mon exemple : pour l’achat d’un F3 coûtant 200 millions de centimes pourtant mon salaire avoisine les 19.000 Da » et d’ajouter « le comble est qu’on exige de moi 9000 DA par mois pendant 30 ans » du côté des banques on estime que le montant des prêts accordés dépend des revenus et de l’âge des postulants. « On ne peut se permettre d’accorder des crédits à des personnes qui ne sont en mesure de les rembourser ».

N. Bentifour
Vendredi 11 Mars 2011 - 11:08
Lu 423 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+