REFLEXION

LE MICRO-CREDIT AU SECOURS DE L'EMPLOI : 961 697 emplois générés depuis son lancement

Mis en place en 2004 et lancé en 2005, le micro-crédit semble devenir au fil des années l'outil de choix pour la création des petites entreprises qui foisonnent depuis à travers le territoire national et dont certaines ont acquis une réputation d'une dimension nationale. En 09 ans d'existence ,641.131 crédits ont été attribués et ont permis de générer presque 01 million d'emploi !



Adopté en conseil des ministres, le projet de loi modifiant et complétant la loi relative aux conditions d’exercices des activités commerciales avait pour objet d’adapter les dispositions de la loi 04/08 du 14 août 2004 en fonction des évolutions enregistrées dans le domaine de l’exercice des activités commerciales, d’assouplir les procédures administratives et faciliter la création d’entreprises et d’emplois au profit des jeunes et avait permis également  la naissance du micro-crédit à l'orée de l'année 2005. Depuis, le dispositif mis en place a la fin de l'année 2004, par l’Etat pour encourager les jeunes à créer leurs entreprises a fini par donner des résultats tangibles et gagnerait à être renforcé davantage et adapté aux besoins réels des bénéficiaires et de l’économie nationale. Il a été un moyen de lutte des plus efficaces contre le chômage en favorisant  l'auto-emploi. Ainsi, plus de 641.000 personnes ont bénéficié d’un microcrédit depuis 2005 pour la création de leur propre activité de production, dans le cadre du dispositif de l’Agence nationale de gestion du microcrédit (ANGEM).Le dernier bilan dressé par ce dernier organisme public d'aide à la création ,laisse apparaitre  que le  nombre des crédits accordés entre 2005 et la fin août 2014 par l’ANGEM  a atteint 641.130 crédits pour le lancement d’activités de production de biens et de services, générant 961 697 emplois créés. Plus de 92% de ces crédits ont été destinés au financement d’achat de matières premières nécessaires pour le démarrage de l’activité. Le reste des microcrédits représentent des prêts non rémunérés pour la création d’activités, à hauteur de 29% du coût du projet, dans le cadre d’un financement triangulaire (ANGEM/banque/bénéficiaire ).Les activités de la très petite industrie sont les plus financées par le dispositif de l’ANGEM, avec un taux de 37,83% des microcrédits octroyés, contre 20,88% pour les activités de services, 17,41% pour l’artisanat, 15,21% pour l’agriculture, 8,43% pour le BTP, alors que le commerce et la pêche n’ont bénéficié que d’une part marginale de, respectivement, 0,16% et 0,08%. D’après les chiffres du bilan communiqué, 61,82% des bénéficiaires de ce dispositif sont des femmes dont l’engouement est particulièrement ressenti dans les secteurs de l’artisanat et de la très petite industrie.

L.Ammar
Mercredi 26 Novembre 2014 - 17:13
Lu 354 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+