REFLEXION

LE MAWLID ENNABAOUI ECHARIF SERA CELEBRE LE 12 RABIE AL AWAL 1434 CORRESPONDANT A LA JOURNEE DE JEUDI 24 JANVIER 2013 : La Vie Du Prophete Mohammed QSSSL

Le Prophète occupe une place unique dans la conscience et la vie des musulmans. Il est celui qui a reçu et transmis le Coran, le Texte révélé qui rappelle la place éminente de l’Envoyé de Dieu, tout à la fois Prophète, modèle et guide. Muhammad (QSSSL) fut un homme, qui a agi et transformé le monde à la lumière des révélations et des inspirations qui lui sont parvenues de l’Unique, Son Éducateur. Cette humanité assumée, élue et inspirée fait de lui un modèle pour les fidèles d’aujourd’hui.



LE MAWLID ENNABAOUI ECHARIF SERA CELEBRE LE 12 RABIE AL AWAL 1434 CORRESPONDANT A LA JOURNEE DE JEUDI 24 JANVIER 2013 : La Vie Du Prophete Mohammed QSSSL
La Biographie du Prophète (QSSSL) n'est que la concrétisation de la vérité de l'Islam et son application dans le réel à travers un modèle exemplaire : Mohamed Ibnou Abdallah (QSSSL). La biographie relate sa naissance, sa mission et les révélations que Dieu lui fit. Elle nous décrit son caractère, sa sincérité, sa fidélité, les miracles que Dieu accomplissait par son intermédiaire, les différentes étapes par lesquelles il passa dans l'exercice de sa mission en exécutant les ordres de Dieu.Les sources auxquelles se référèrent les biographes du Prophète sont les suivantes :Le Coran qui représente la première référence qui fournit les traits caractéristiques de la biographie du Prophète (QSSSL) et les principales étapes de sa mission dans un style pur, spécifique du Coran.Les livres se rapportant à la Tradition (Sunna) écrits par des Imams qui sont connus pour leur objectivité et leur profond attachement du vrai, citons entre autres le Mouwatta de l'Imam Malek.
 
De la naissance à la révélation
Le Prophète (QSSSL) est né en Arabie en 570/571 (l'année de l'éléphant) à l'écart de toutes civilisations, à La Mecque (appelé aussi par sa position géographique selon les vieux continents "le nombril de la Terre"). L'Arabie était une contrée déserte partagée par des tribus qui se guerroyaient continuellement. Même les armées puissantes et organisées romaines ou autres ne cherchèrent pas à coloniser ce territoire. Rien que du sable et une ignorance profonde. La Mecque, cité marchande n'abritaient pas moins de 360 dieux de toutes sortes. Sa naissance fut accompagnée de miracles. Il ne connut pas son père, Abdallah Ben Abdelmottalib, qui décéda quelques mois avant sa naissance d'une maladie. Il fut confié par sa mère Amina dès son jeune âge à une nourrice du nom de Halima et c'est durant cette période que l'enfant fit la rencontre avec l'Ange Jibril (as) qui lui ouvrit la poitrine, lui lava le coeur et en sortit une boule noire. (voir sourate Nachra n° 94). Il retourna pour peu de temps auprès de sa mère qui décéda alors qu' il n' avait que 6 ans. Il fut confié à son grand père Abdelmottalib qui mourrut quelques temps après. Finalement, ce sera son oncle paternel Abou Talib qui le prendra sous sa responsabilité. 
 
 son orphelinat
Durant son séjour chez la nourrice, le clan qui accueillit l'enfant, fut surpris de constater le retour de la prospérité au niveau de leur bétail, cultures... La bénédiction d' Allah accompagnait l'enfant là où il se trouvait et Mohamed était celui qui était protégé.  La rencontre avec les Anges fut bien réelle et la poitrine lui fut réellement lavé. Cela prouve que Mohamed, enfant, était destiné à un grand avenir, et qu' il avait été choisi pour une tâche noble. Certains musulmans qui ont rédigés des biographies du prophète estiment que le miracle de l'ouverture de la poitrine n' est pas à prendre au premier degré et qu' il ne s'agit en fait que d'une image, d'une métaphore. Ces affirmations sont non fondées. Car Anas (raa) grand Compagnon du Prophète (QSSSL) a dit dans un hadith rapporté par Bokhari qu'il avait vu la cicatrice sur la poitrine du Messager (QSSSL). Ces analyses sont graves car elles tendent à rejeter le côté miraculeux divin et rendre ainsi Mohamed comme étant un super Homme alors qu' il fut Prophète. Il faut comprendre que si des personnes tombent dans ce piège, cela peut amener à des interprétations de toutes sortes qui reviendrait à mettre en doute dans l'esprit de ces gens, la validité du plus grand miracles des miracles à savoir le Coran. Le Prophète (QSSSL) fut recueilli par son grand-père (Abdelmottalib) puis par son oncle paternel Abou Taleb qui veillera à le vêtir, le nourrir. Plus tard dans sa mission prophétique, QSSSL) comprenait l'importance du respect de l'orphelin car il avait lui même connu cette situation.
 
Son mariage avec khadidja ( Oum el Mouaminine) 
Après avoir mené son adolescence, il fit plus tard la connaissance de Khadidja pour qui il travaillera en tant qu' Intendant de ses affaires commerciales. Il épousera Khadidja à l' âge de 25 ans alors qu' elle en avait 40. Ceci démontre que le Mohamed (QSSSL recherchait non les plaisirs de la chair, mais bien au contraire son attirance pour Khadidja résidait dans le fait qu' elle possédait de nobles qualités et une vertue exemplaire. [N'oublions cependant pas qu'elle était aussi... très riche, ceci pouvant expliquer cela. ] Il prit soin de choisir son épouse sur des critères moraux et pour Khadidja, la démarche était exactement la même, elle avait vu en Mohamed (QSSSL), un homme sincère, juste ayant des qualités nobles, aimé des Mecquois. Les jeunes de son âge s' étonnaient du choix qu' il avait fait, car ces derniers vêtus de la mode d' époque s'adonnaient au libertinage et préféraient épouser de belles femmes jeunes sans se soucier de leur moralité , et par ailleurs, ils changeaient souvent de femmes, tout cela pour leur plaisir de la chair. Nous retrouvons de nos jours ces mêmes symptômes dans la jeunesse, une grande majorité des jeunes recherche la beauté physique ou s'adonne au libertinage créant souvent un grave malaise au sein du couple ou engendrant de graves répercussions sociales au niveau national (plus d'un tiers des couples en France se séparent dont un sur deux à Paris). Sa vie de couple avec Khadidja se passaient très bien, Mohamed (QSSSL) continuaient les affaires commerciales et par ailleurs il réglait les litiges entre les gens. Son sens de la Justice lui avait valu le surnom de "Al Amine" (le digne de confiance). Ce passage nous démontre comment les gens aimaient Mohamed (QSSSL) et n’hésitaient pas à lui confier des dépôts de toutes sortes. 
 
Sa retraite spirituelle à la Montagne
A l'approche de la quarantaine, Mohamed (QSSSL) prenait l’habitude de se retirer à l’extérieur de la ville et il se réfugiait sur une Montagne où il y méditait longuement. Cette retraite spirituelle lui était nécessaire, car il ressentait un certain mal à l’aise à La Mecque. Il cherchait à s’oxygéner de tous les maux qui frappaient la ville, bien qu’il fût toujours protégé du vice et de la turpitude. En Effet, étant adolescent, Mohamed (QSSSL) voulut se rendre à une fête et il fut pris d’un sommeil inexplicable, si bien qu’il ne put assister à l’évènement et ceci se produisait à chaque fois qu' il était proche de festivités. Allah le Très Haut écarta son futur Prophète de tout vice et cela depuis sa naissance (l’ouverture de la poitrine). Mohamed se retira à son habitude sur la Montagne, plus précisément à la grotte de Hira lorsqu' il fit la rencontre avec l'Ange Jibril (as). C’est à ce moment que se fera la révélation des cinq premiers versets du Coran (sourate Alaq n° 96 du Coran). L 'Ange lui dira alors"Je suis Jibril envoyé par Ton Seigneur et tu es le Prophète qu' il a choisi". Après avoir reçu la révélation, le Prophète (QSSSL) rentra chez lui, effrayé, apeuré et demanda à sa femme Khadidja de le couvrir. 
 
La période mecquoise
Aussitôt ,le Prophète (QSSSL) commença à former un petit groupe de personnes. Ces personnes se réunirent en secret pendant trois ans à la maison d' Al Arkam. Ces compagnons furent formés par le Prophète (QSSSL). A l' issue de ses trois années, Allah le Très haut donna ordre à son Prophète (saw) de diffuser le message en public. Lorsque les compagnons eurent connaissance de cet ordre, ils s'exécutèrent et commencèrent à clamer l' Unicité d'Allah dans la ville. Le Prophète (QSSSL) et les Compagnons eurent en retour des jets de pierre, des insultes, des crachats de la part des Mecquois. Les plus faibles d' entre les compagnons furent torturés (tel que Bilal) pour qu' ils renient, beaucoup moururent sous la torture (Somaya mère de Amar ben Yasser). Le Prophète (QSSSL) leur enjoint de quitter La Mecque et de se rendre en Abyssinie (Ethiopie actuelle) afin de s'y réfugier dans l'attente d'une situation meilleure.
 
L'arrivée à Médine
A son arrivée à Médine, le Prophète (QSSSL) commença par établir les fondements primordiaux du premier Etat musulman. Pour cela, il accomplit les actes suivants : La construction de la Mosquée-La création d'un esprit de fraternité entre les musulmans (Mohajirines) et les Ansars (Médinois), et la rédaction d'une constitution qui règlerait la vie des musulmans et clarifierait leur relations avec les autres communautés en particulier les tribus Juives.
 
La bataille de Badr
Alors que les Musulmans avaient fait l'hégire, Les Mecquois n'hésitèrent pas à s'approprier les biens qu'ils avaient laissé à La Mecque et allaient les vendre en Syrie. Les Mohajirines demandèrent au Prophète (QSSSL) de combattre pour leurs droits. Le Prophète (QSSSL) n'en fit rien jusqu'au jour où Dieu le Très Haut lui en donna l'ordre par la révélation. Le Messager de Dieu (QSSSL) et ses partisans partirent au soir du vendredi 17 du mois de ramadan en l'an II de l'hégire, ils étaient environ 314 hommes accompagnés de 70 chameaux dont chacun portait trois hommes à tour de rôle. Ils allaient pour intercepter la caravane d'Abou Sofiane qui s'en retournait à La Mecque. Bien entendu, les Mecquois virent en cela l'occasion de combattre les Musulmans et de les exterminer, aussi, ces derniers composèrent une armée trois fois plus nombreuses et étaient dotés d'un armement supérieur. En outre, ils dépêchèrent Abou Jahl vers Abou Sofiane pour que ce dernier joignent ses forces à l'armée mecquoise. Abou Sofiane préféra esquiver la bataille pour sauver les biens qu'ils transportaient et il emprunta un autre chemin. La stratégie adoptée par les Musulmans consista selon les suggestions d'Al Habab (raa) d'aller au puits le plus proche de l'ennemi (le puits de Badr) et de dessécher les autres puits, obligeant les Mecquois à se rendre à l'endroit choisi et les laissant de plus dans une soif extrême. Le Prophète (QSSSL) implora Dieu en ces termes "O Dieu, voici Qoreich venant défier et démentir Ton Prophète, dans sa vanité et son arrogance. Accorde moi le soutien que Tu m'as promis. Fais que nos ennemis soient vaincus en l'espace d'un matin...". Par ailleurs, le Prophète (QSSSL) rassura ses Compagnons en leur promettant le soutien de Dieu et s'exprima à eux en disant "Tel polythéiste mourra ici, un tel mourra là en posant la main sur la terre à tel ou tel endroit". Lorsque la bataille commença, le Prophète (QSSSL) prit une poignée de sable et la jeta en direction des polythéistes qui en eurent les yeux remplis. Les Musulmans sortirent vainqueur de la bataille en ayant eu l'aide de Dieu qui leur envoya en assitance mille anges. Les Musulmans eurent 15 martyrs, et comme le Prophète l'avait prédit, à chaque endroit qu'il avait auparavant désigné se trouvait un polythéiste mort. QSSSL La bataille fut terminée, le Prophète (QSSSL) devait règler le sort des 70 prisonniers faits par les Musulmans et à ce sujet il consulta ses Compagnons. Certains proposèrent qu'ils soient libérés contre une rançon et d'autres par contre proposèrent à ce qu'ils soient exécutés. Le Prophète (QSSSL) opta pour la première solution, privilégiant ainsi la Vie et la Pitié. Par ailleurs, l'argent gagné des rançons contribuerait à aider les Musulmans.
 
La mort du Prophète (QSSSL) 
Telle est la loi de Dieu envers Ses serviteurs : "Tu dois mourir un jour, comme ils le doivent aussi" (s39/v30).A l'aube du lundi 12 du mois de Rabi de l'an 11 de l'Hégire, tandis que les Musulmans priaient sous la direction d'Abou Bakr (raa), le Prophète (QSSSL) écarta le rideau de l'appartement de Aïcha, regarda les rangs des Croyants en prière et sourit. A sa vue, Abou Bakr se mit en rang avec les fidèles pensant que le Prophète (saw) voulait se joindre à eux. Sous l'effet de la joie, les Croyants allaient interrompre la prière. Le Prophète (QSSSL) leur fit signe de continuer et laissa tomber le rideau. Les Musulmans finirent leur prière, s'attendant toujours à ce que le Prophète (QSSSL) fût guéri. Mais il s'avéra qu'il les avait regardés ce matin pour la dernière fois. Il était rentré dans l'appartement de Aïcha (raa) et avait reposé sa tête sur la poitrine de son épouse sentant que la mort approchait. Le Prophète (QSSSL) tenait dans ses mains une cruche d'eau remplie d'eau, dont il s'arrosait de temps en temps le visage en disant :"Il n'y a d'autre divinité que Dieu, ce sont les affres de la mort". Fatima le voyant ainsi désespéré s'écria :"Quel malheur pour mon père !". Le Prophète (QSSSL) lui dit :"Ton père ne sera plus jamais affligé".
Aïcha (raa) raconte : "Avant la mort du Prophète (QSSSL), Dieu a mélangé nos salives. Tandis que je soutenais le Prophète (QSSSL) Abderrahmane entra, un miswak à la main. le Prophète (QSSSL) aimait le Miswak. Je lui demandai s'il en voulait. Il me répondit par l'affirmative. Je pris le miswak qui était dur, je le machai et le lui passai. Puis il introduisit la main dans la cruche et s'essuya le visage avec l'eau qu'elle contenait en répétant :"Il n'y a pas d'autres divinités sauf Dieu, ce sont les affres de la mort". Il leva le bras et murmura :"Vers le plus Haut Compagnon" (C'est à dire Dieu), son bras retomba, il était mort. (Que Dieu te bénisse Ô Messager de Dieu !).
La nouvelle de sa mort se répandit aussitôt. Abou Bakr se rendit à cheval à la Mosquée. Il n'adressa la parole à personne et alla directement trouver Aïcha. Il se dirigea vers le corps du Prophète (QSSSL) vêtu d'un habit fait de tissu rayé. Il découvrit le visage du mort, le baisa en pleurant et dit :"J'aurais sacrifié père et mère pour toi ! Que Dieu ne te fasse pas mourir deux fois ! Tu as eu la mort à laquelle Dieu te destinait".Quand il quitta la dépouille du Prophète (QSSSL), il vit Omar qui racontait aux gens que le Prophète (saw) n'était pas mort mais qu'il était allé vers le Seigneur, comme le fit Moussa Ben Imran et qu'il ne pouvait mourir avant que Dieu ne fisse exterminer les hypocrites. Abou Bakr lui dit :"C alme toi, ô Omar. Ecoute moi. Mais comme Omar continuait à crier, livré à l'émotion, Abou Bakr s'adressa aux Musulmans qui l'entourèrent : "Ô Musulmans, que celui qui adorait Mohamed sache que Mohamed est mort ! et que celui qui adore Dieu sache que Dieu est Vivant et qu'il ne mourra jamais".
Le Prophète mourut en ne laissant rien derrière lui
Al Boukhari a rapporté d'après Amr ben Al Hareth :"Le Prophète mourut en ne laissant rien derrière lui, que sa jument blanche, ses armes [ C'était le prophète d'une religion « pacifique et tolérante » ] et une parcelle de terrain qu'il légua aux voyageurs".
 

Riad
Mercredi 23 Janvier 2013 - 00:00
Lu 1649 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+