REFLEXION

LE MARCHE DE L’ARMEMENT : L’Algérie un client souverain libre de son choix



L’Algérie en matière d’acquisition de l’armement, demeure un client souverain, libre de son choix du pays fournisseur. Fini le temps d’être lié par l’ex-URSS. Dans ses contrats d’armement contractés avec des partenaires étrangers, la France ne semblait pas faire partie des meilleurs fournisseurs de l’Algérie, comme l’Italie, l’Allemagne ou plus encore la Chine et la Russieprincipal allié d’Alger. La France ne semblait pas prise en compte, dont certaines prises de positions politiques ont sans doute nui à son image de marque avec l’Algérie, en subi de plein fouet les conséquences. En matière d’armement au profit de la Marine Nationale, l’Algérie a passé commande pour équiper la flotte Algérienne de bâtiments de guerre modernes équipés de missiles anti-sous-marins américains suite à la signature avec l’Italie d’un contrat de 4 milliards d’euros. Evidemment, ce contrat a remplacé un accord similaire conclu avec la France, que l’Algérie a décidé d’annuler purement et simplement à cause des négociations entre Paris et Rabat pour la fourniture des frégates FREMM. C’est pourquoi au début du mois de septembre de l’année écoulée une délégation de haut niveau du M.D.N (Ministère de la défense Nationale s’est rendue en Italie pour une visite d’inspection du chantier naval où seront réalisés les six frégates que l’Algérie avait commandé vers la fin de l’année 2008, juste après l’annulation de l’accord similaire avec la France. La délégation Algérienne a entamée des discussions avec les responsables du « groupe Fincantieri » qui construit les frégates à Trieste en Italie, alors que cette transaction était subordonnée à un accord du Sénat américain, étant donné que les frégates sont équipées de matériels américains.. La « course » entre l’Algérie et le Maroc pour l’acquisition des armements les plus modernes et sophistiqués n’est plus un secret pour les observateurs de la région. Cependant, malgré les désaccords franco-algériens sur ce qui a été qualifié « d’intrusion du Royaume du Maroc dans les négociations » Autres projets d’accords militaires se sont poursuivit et ils étaient les raisons de la visite du Président Français Nicolas Sarkozy en Algérie à la fin de l’année 2007. Une seule chose est retenue, elle est très importante, c’est que l’Algérie d’aujourd’hui est souveraine dans ses achats et commandes d’armement. Aucune dépendance ni visa à chercher ailleurs. On se rappel durant la décennie noir, l’Algérie était sous une sorte d’embargo, provoqué par le lobby Français au temps de François Mitterrand. Et que Qatar a bel et bien réglé une facture de cinq millions de dollars, d’achat d’armement léger pour combattre le terrorisme.

Ibn Khaldoun
Jeudi 5 Août 2010 - 00:01
Lu 3152 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+