REFLEXION

LE JOUR DE LA CELEBRATION DE LA JOURNEE NATIONALE DE L’HANDICAP A TIARET : Une handicapée mentale engrossée par son neveu

Encore une fois, l’on assiste à un acte d’inceste commis sur une handicapée mentale sans défense et sans protection, le jour même de la célébration de la journée nationale de l’handicap. Un acte bestial et barbare perpétré par le neveu sur sa tante malade.



LE JOUR DE LA CELEBRATION DE LA JOURNEE NATIONALE DE L’HANDICAP A TIARET : Une handicapée mentale engrossée par son neveu
La victime s’appelle M. Malika, âgée de 20 ans et elle est à son 9ème mois. Elle accouchera aujourd’hui sinon demain. Sa maman également handicapée ainsi que sa sœur âgée de 30 ans. Toutes vivent sous le même toit dans la commune d’Ain-Bouchekif. L’handicap est à 100%. A l’exception de la petite pension qu’elles perçoivent, elles sans aucune ressource pour pouvoir subvenir à leurs besoins, seule la mendicité est à même de leur apporte un tant soit peu pour manger à leur faim. Elles sont abandonnées à leur sort. Selon les premières informations recueillies d’une source proche de la famille, l’auteur de l’inceste ne serait autre que B.M, âgé de 30 ans et chômeur de son état, neveu de la victime, il se trouve que cette dernière est sa tante maternelle. Le bourreau n’a pas hésité un seul instant à préméditer son acte le jour où sa propre tante et sa mère ainsi que l’autre sœur allaient fêter leur journée internationale de l’Handicap. Voilà comment un neveu devient un bourreau et sans scrupule avec la complicité de la bru qui vit sous le même toit que les trois femmes. Selon toujours la même source, pour pouvoir assouvir ses pulsions, le violeur avec la complicité de sa belle-sœur doublait la dose des médicaments que la victime devait prendre quotidiennement dans le but de l’endormir et passer à son acte bestial. Le pot aux roses n’a été découvert que quatre mois après, lorsque la mère de la victime avait constaté que sa fille est enceinte, mais comme elles sont toutes trois handicapées mentales, à qui pouvaient-elles parler ou crier leur malheur. Mais quand même, la mère a pu expliquer aux gendarmes le drame qui leur est tombé par-dessus la tête. Par ailleurs cette même famille a été déjà victime d’un acte du même genre commis sur la personne de la sœur de la victime, il y a quelques années. Elle a été engrossée également et accouché d’un enfant qui a, aujourd’hui 10 ans. Il vit dans une pouponnière à Tiaret et entièrement pris en charge par l’Etat du fait que sa mère est une handicapée et ne pouvait le garder, ce sont donc les services sociaux qui se sont occupés de son éducation. Un véritable scandale social, dont a été doublement victime, une famille d’handicapés, sans défense et sans protection. Pour l’instant, une enquête est ouverte par la brigade de gendarmerie locale, pour faire toute la lumière sur cette tragédie.

Berrebiha. Aek
Dimanche 14 Mars 2010 - 23:01
Lu 1304 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+