REFLEXION

LE FLN RAFLE LA MISE A LA STIDIA : Slimani Mohamed, nouveau maire

Veni, vidi, vici, trois petits mots latins pour commenter l’élection du nouveau maire de La Stidia, Mr Slimani Mohamed, l’enfant du village, que l’on connait toujours égal à lui-même et à sa modestie, vote ou pas.



LE FLN RAFLE LA MISE A LA STIDIA : Slimani Mohamed, nouveau maire
Veni, vidi, vici, parce que le nouvel élu de La Stidia, est venu, a vécu et a vaincu, pour la traduction de l’expression latine, lui qui ne pensait aucunement à se présenter il y a de cela un semestre ou un peu plus, n’était-ce la demande insistante de bien nombreux de citoyens. Parce que Mr Slimani Mohamed n’est pas allé provoquer le destin, encore moins souiller sa campagne pour répondre à la malveillance de bien certains. Et pour irréfutable justice divine, le suffrage a voulu que cet homme n’ayant aucunement fait des mains et des pieds pour siéger coute que coute, soit celui qui sort grand gagnant, dans la transparence la plus totale, au bout d’une longue soirée de dépouillement ayant consacré le FLN majoritaire. Et là, encore égal à sa civilité, l’homme n’est pas allé faire dans l’éclat du tapage nocturne ou la démonstration fanfare. Alors, Mr le maire, qu’est ce que vous en dites à l’issue de cette victoire ? Et à lui de rétorquer : « je remercie l’ensemble des Stidians et des Stidianes qui nous ont, moi ainsi que tous les candidats du FLN, honorés de leur confiance. J’espère aussi qu’Allah nous aide à travailler dans l’intérêt de notre ville et commune ». Avant d’ajouter : « Comme je souhaite également que l’ensemble des prochains membres de la nouvelle APC ouvrent une nouvelle page ».Le nouveau maire de La Stidia est conforté en tenant 6 sièges, suivi du PFJ avec 3 sièges, ainsi que le PT, le RND et le FNA, avec 2 sièges chacun. Donnes lesquelles permettent au parti FLN une aisance totale dans le prochain processus d’installation des vices. En d’autres termes, fort de la loi relative au 35%, ce n’est pas le FLN qui a besoin de tractations pour se confirmer. Mais peut être les autres formations qui seraient dans la nécessité de rallier l’équipe gagnante pour bénéficier d’une meilleure place à l’Exécutif. Enfin, pour la petite moralité de cette échéance locale : une campagne hostile ou populeuse n’est pas une condition sine qua non pour se hisser maire. Reste qu’à souhaiter bonne chance à notre nouveau maire, félicitations !  

Réflexion
Lundi 3 Décembre 2012 - 09:56
Lu 1026 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par Ghodbane3labladi le 03/12/2012 13:18
Ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est que des citoyens que l'on dit intègres et compétents ne se présentent pas comme indépendants. Ils auraient les mains plus libres et n'auraient de compte à rendre qu'à leurs électeurs. A moins que des turfistes de mèches avec les organisateurs de la course leur aient susurré de miser sur le vieux cheval parce qu'ils savaient à l'avance qu'il était dopé et qu'il dépasserait tous les autres chevaux. Et puis ne dit-on pas qu' "à cheval donné on ne regarde point les dents", l'essentiel est qu'il gagne et que la cagnotte soit rondelette.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+