REFLEXION

LE FINANCEMENT DE LA MICRO ENTREPRISE : 75 milliards et des attentes

Le financement de la micro entreprise n’a pas bonne réputation pour les petits investisseurs à la recherche de nouvelles opportunités. S’y aventurer, suscite parfois bien des appréhensions.



LE FINANCEMENT DE LA MICRO ENTREPRISE  : 75 milliards et des attentes
Mais au-delà des blocages administratifs ou des sempiternels scandales liés à la corruption, la ville présente aussi des signes de reprise évidents. Selon des sources concordantes, l’ensemble des promoteurs de micros entreprises devrait connaître une croissance de 9% en 2010 contre 7% en 2009, contre 7% en 2009. Des responsables locaux soulignant toutefois l’extrême disparité des situations rencontrées par chacune des entreprises, une manière de dire que 20 problèmes sont réels. La micro entreprise à Oran et encore un petit marché. Dans ce sillage, sur les 155 milliards de centimes alloués aux micros entreprises au niveau national, 75 milliards seulement la concernaient, communes comprises « les bénéficiaires de micros entreprises doivent donc faire avec marché très étroit et très cossu. Les pouvoirs publics ont pris conscience de l’importance des micros entreprises dans la nouvelle économie nationale. Pour les stimuler, il faut que les responsables au niveau central s’emploient à transformer réellement l’environnement économique régional et à le rendre encore plus attractif » estime-t-on de même source. Dans ce contexte, 440 dossiers ont été traités au niveau de différents intitulations bancaires. La gestion de ces dossiers par système informatique a considérablement réduit les délais d’attente qui étaient auparavant de 4 à 8 mois. Selon le directeur de la BDL M. Benydedache Fouzi, « l’objectif que nous assignons pour le moment, est de réduire aux maximum ces délias », ajoute notre interlocuteur. Mais du côté des jeunes investisseurs, on devine que le discours est différent. Pour eux, il s’agit surtout de développement, une prospective pour la mobilité de toutes les potentialités qui doivent s’assurer par des normes, la rapidité, se positionner à travers le contrat de pré-emploi (CEP) et ou l’entreprise d’initiative locale (ESIL). Cependant, les moyens de créer une micro entreprise pour de nombreuses raisons, ne sont pas parvenus à la veille d’une réforme éventuelle de la banque à cerner les difficultés concernant la lourdeur dans le traitement des dossiers des jeunes postulants. Ainsi, le pourcentage d’attribution des crédits bancaires est variable suivant les wilayas, les catégories sociales et autres caractéristiques de chaque structure de décision au niveau de la wilaya.

N. Bentifour
Samedi 19 Février 2011 - 23:01
Lu 581 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+